AUSCHWITZ-BIRKENAU

Avant 1989 : La plaque commémorative estimait le nombre de victimes à 4 millions (1) : estimation transmise par les autorités soviétiques à la fin de la guerre.

Après 1989 :  La plaque commémorative du camps annonce (et encore aujourd’hui) le chiffre de 1,5 millions de victimes.

Aujourd’hui : la page du site officiel du camp consacrée au nombre des victimes(2) annonce un nombre total de morts, toutes origines confondues et pour ce seul camp, de  1,1 millions.

Depuis 1989 (année de l’installation de la nouvelle plaque), force est de constater que le nombre total de victimes s’est vu divisé par 4.

    Considérant cette révision officielle, et considérant qu’il s’agissait en majorité de victimes juives, le chiffre total de 6 millions de victimes juives pendant la seconde guerre mondiale peut-il par conséquent honnêtement rester inchangé ? Le nombre de victimes du seul camp d’Auschwitz-Birkenau divisé par 4 peut-il ne pas entamer cette estimation totale de 6 millions de victimes juives? Bien sûr que non.

Pourtant, force est de constater que le chiffre de 6 millions est inlassablement ressassé comme une incantation dans les médias, par les responsables d’associations diverses (dites antiracistes), par certains politiciens mais aussi « intellectuels » qui, ce faisant, sont en rupture non pas seulement avec les négationnistes mais  aussi avec l’histoire officielle et s’entêtent à répéter un chiffre faux , impitoyables pourfendeurs du négationnisme se réclamant de la vérité qu’ils sont.

6 MILLIONS : LE CHIFFRE IMMUABLE

    Sur le site du « United Stated Holocaust Memorial Museum », les chiffre de 6 millions ne souffre aucune révision. Quand bien même tous les chiffres sont revus à la baisse de façon spéctaculaire depuis 1945, il est le seul qui résiste :

« The Holocaust was the systematic, bureaucratic, state-sponsored persecution and murder of six million Jews by the Nazi regime and its collaborators. » (3)

    Sur le site du « Mémorial de la Shoah », le chiffre de 6 millions n’a, là encore, jamais été modifié : « Dans la crypte située sous le parvis se trouve une étoile de David en marbre noir. C’est le tombeau symbolique des six millions de Juifs morts sans sépulture. » (4)

    Les exemples sont innombrables d’auteurs qui, dans la presse, les médias et les ouvrages récents reprennent à tort le chiffre de 6 millions. La Doxa n’en démord pas. Pour exemple, voici ce que, en 2014, Pierre Stambul écrit :« Le bilan de la seconde guerre mondiale est terrible pour les juifs : six millions de morts » (Sionisme en question, p. 25, éditions Acratie, 2014).

DESTRUCTION DES ÉLÉMENTS DE PREUVE

    Sur le site officiel du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, une page est consacrée à la négation du génocide. Voici les mots qui introduisent le texte et que l’on ne manquera pas de trouver pour le moins surprenants puisque, loin de contester l’absence de preuves matérielles, ils la  confirment :

« Holocaust denial

Denial of the Holocaust and the genocide in Auschwitz

The concealment of the crime and removal of evidence by the perpetrators » (5)

 

Traduction (littérale) :

« Négation de l’Holocauste
Le déni de l’Holocauste et le génocide à Auschwitz
La dissimulation du crime et le retrait des éléments de preuve par les auteurs »

    De fait, lorsque les révisionnistes affirment qu’il n’existe pas de preuves matérielles qui prouveraient la réalité de l’existence des chambres à gaz, ils ne font qu’énoncer là une vérité. Si ce n’est pas cette vérité qu’on leur reproche de rappeler, ce sont les conclusions qu’ils ont pu tirer de l’étude de ce qui est censé prouver, à défaut de preuves tangibles, l’existence des chambres à gaz homicides. Tandis que l’historien accrédité conclut à l’existence des chambres à gaz, le révisionniste, lui, conclut à leur non-existence. Mais avec la loi Gayssot, quel historien osera risquer une condamnation en rejoignant les conclusions des révisionnistes? Aucun! La loi Gayssot vise d’ailleurs à cela : faire taire les négationnistes (peine perdue à l’heure d’Internet) et prévenir les « dérapages » des historiens accrédités dont elle assure protéger le travail (dans le seul sens qu’elle autorise).


(1) L’ancienne plaque du camp annonçant 4 millions de morts , avant 1989 :

Auschwitz stone plaque 4 million

 

 

 

 

 

(2) source : http://auschwitz.org/en/history/the-number-of-victims/overall-numbers-by-ethnicity-or-category-of-deportee

(3) Source : https://www.ushmm.org/learn/introduction-to-the-holocaust

(4) source : http://www.memorialdelashoah.org/le-memorial/les-espaces-du-musee-memorial/la-crypte-et-le-fichier-juif.html

(5) source : http://auschwitz.org/en/history/holocaust-denial/

3 réflexions sur “AUSCHWITZ-BIRKENAU

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s