MONIKA SCHAEFER : 6 MILLIONS DE MENSONGES(VIDÉO)

Dans l’un de nos articles, nous avions évoqué la quantité des citoyens qui avaient été confinés dans une vision terriblement sordide de leur héritage national et familial. La loi anti-révisionniste allemande (parmi les plus sévères) est surprenante à plus d’un titre. Nous ne retiendrons que celui qui consiste à maintenir son peuple dans la repentance face à une histoire qui se refuse, par décision de justice, à toute révision dans le sens qui pourrait le disculper d’un  crime contre l’humanité dont les vainqueurs (et juges) l’ont rendu coupable.

Voici ce que nous écrivions :

« Nous notons par ailleurs qu’il [Jean-Yves Camus]se tait sur les effets bénéfiques d’une telle révélation [thèses révisionnistes] et qu’il oublie (sciemment ?) ces milliers de citoyens et anciens militaires accusés de complicité de génocide, ces nations condamnées à se repentir, à se défendre sans répit d’être antisémites et à payer le prix de réparations faramineuses pour un génocide dont on refuse de discuter la réalité mais aussi, faut-il le rappeler,  la mémoire de ces hommes et des ces femmes, fils et filles d’anciens nazis, qu’on affuble d’un héritage sinistre en les confinant avec rage dans une vision terriblement sordide de leurs aïeux, de leurs racines, de leur héritage familial et national.«

(L’article complet : https://gayssoteries.wordpress.com/nos-articles/loi-gayssot/contre-la-loi-gayssot-petition-piege-a-cons/)


La vidéo que nous vous présentons ici est celle de Monika Schaefer, canadienne d’origine allemande. Héritière du passé historique nazi de par sa famille, elle avait reproché à sa mère d’avoir fait partie de ces Allemands qui, au temps du IIIème Reich, n’avaient jamais dénoncé les horreurs des camps de la mort.

Sa mère lui répondait : « Nous n’étions au courant de rien de tout cela, nous n’en savions rien. Nous n’avons jamais entendu parler de cela ».

Un beau jour, Monika a fini par découvrir la raison pour laquelle, d’après elle,  sa mère n’en avait rien su….

Publicités