LE THÉORÈME DE BHL

LES 3 FILS DE L’ANTISÉMITISME

 carte ok

 

ÉTAT DES LIEUX :

Est-il possible en France, aujourd’hui et simultanément :

  • de s’opposer à la politique israélienne (dite « sioniste »),
  • de ne pas croire en la réalité de la Shoah
  • et de trouver à redire sur la mémoire de la Shoah dans la façon qu’elle a de se rappeler à nous, sans être taxé d’antisémitisme ?

D’après Monsieur Bernard-Henri Lévy, Non !

Il est devenu coutumier, pour Monsieur Bernard-Henri Lévy, de gloser avec exaltation et (une apparente) conviction sur un théorème qu’il a élaboré dans les méandres de son esprit de philosophe militant ultra-polyvalent : Le Théorème des trois fils !

Son principe veut qu’il existe trois sortes de critiques qui, appliquées « à des »(*) juifs et combinées ensemble, forment l’ultime bête noire de l’antisémitisme :

– l’antisionisme

– le négationnisme

– la compétition victimaire

(*) BHL ne distingue jamais les juifs entre eux, plaquant systématiquement sur eux l’image d’un groupe compact et homogène qui marche d’un seul pas sous l’étendard artificiel qu’il a choisi et rêvé pour eux – parce qu’il s’est autoproclamé le messager du peuple juif tout entier, qu’il a une appétence pour l’extrapolation et qu’il s’est fixé une « mission ».

« Et quand un Premier ministre de gauche, Manuel Valls car il faut le nommer, voit que Dieudonné est en train de tisser les trois fils de l’antisionisme militant, du négationnisme complotiste et de la mise en compétition des victimes de la traite des Noirs et de la Shoah, […] quand il a décidé d’appliquer la loi et d’interdire les meetings où se concocte cette soupe, il ne se trouve pas une voix, pas un ancien ministre ou ancien premier ministre, pas un maire de grande ville de quelque sensibilité que ce soit, four finasser, discutailler et saisir l’occasion pour s’opposer ». (Magazine l’Express n°3370, du 3 au 9 janvier 2016, p. 43-44).

 

 

ANALYSE :

La métaphore des trois fils (que nous nommerons le «Théorème de BHL») est en quelques sorte le profil ADN de l’antisémite conçu in vivo et à vau-l’eau : «L’antisémitisme est en train de devenir cette religion planétaire dont j’annonce et redoute l’avènement depuis 30 ans. » (La règle du Jeu, Entretien du 05/02/2016 (1)

Cet ADN de l’antisémite, outre le fait étrange qu’il est propre à tout ce qui n’est pas juif même lorsqu’il s’exprime chez eux (?), tient davantage du virus et se propage très rapidement (par le logos).

Tout le danger de cette « bombe morale » réside pour lui dans la rencontre de ces trois fils (une bonne raison pour éviter de faire se rencontrer ceux qui, possédant au moins l’un d’eux, risqueraient de contaminer autrui). Comme il est inconcevable de tenir à distance les esprits contaminés de ceux restés sains, une seule issue possible: interdire aux 3 fils d’exister indépendamment les uns des autres, ceci de façon à rendre impossible la tresse moribonde. BHL expose d’ailleurs clairement la feuille de route planétaire :

« On peut, ces énoncés, les formuler séparément : c’est, chaque fois, une raison suffisante de vouer les juifs aux gémonies. Mais on peut les tenir ensemble, les nouer, en faire une sorte de tresse ; on peut y voir les trois traits du portrait d’un peuple suffisamment diabolique pour jouer sur le clavier de cette triple perversité ; on peut amener l’eau du négationnisme au moulin de l’antisionisme, ou mobiliser les ressorts de la concurrence victimaire pour mieux délégitimer Israël, ou fustiger la perfidie de vivants instrumentalisant ce qu’ils ont de plus sacré, à savoir la mémoire de leurs morts, dans le seul but de renforcer un État foncièrement criminel : l’effet de haine en sera, évidemment, multiplié. Il y a là une triple mèche pour une bombe à retardement terrible. Ce sont comme les trois composants, pour l’heure encore disjoints, d’une bombe atomique morale. Le jour où ces composants seront assemblés, la conflagration sera redoutable. Prévenir cet assemblage, empêcher ce nouage, faire taire ou marginaliser les quelques-uns (Dieudonné…) qui sont au seuil de cette synthèse, telle elle est la tâche de ceux qui, soit par la loi, soit par les mots, ont la redoutable charge de barrer l’antisémitisme qui vient. » (La Règle du Jeu, « comment fonctionne l’antisémitisme aujourd’hui », 6 Octobre 2014 (2))

L’affaire est en chantier pour la France qui se montre fort bonne élève (reste à travailler au corps le reste du monde).

 

 

APPLICATION DU THÉORÈME DE BHL EN FRANCE

LE FIL DU NÉGATIONNISME :

Le négationnisme est d’ores et déjà interdit en France (Loi Gayssot), ses partisans conspués, ses travaux censurés et leurs auteurs condamnés. Reste à durcir la censure sur les réseaux numériques par une action soutenue auprès des fournisseurs d’accès, disposition annoncée par notre président François Hollande dans un discours tout-à-fait clair:

«Nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination. Nous devons agir au niveau européen et même international pour qu’un cadre juridique puisse être défini et que les plateformes internet qui gèrent les réseaux sociaux soient mises devant leurs responsabilités, que des sanctions soient prononcées en cas de manquement. […]L’Union des Étudiants Juifs de France (UEJF) lance aujourd’hui même un appel contre le négationnisme sur internet. Il s’adresse aux grands opérateurs, nous les connaissons. Ils ne peuvent plus fermer les yeux, ou alors ils seront considérés comme complices de ce qui se diffuse. La France soutiendra cet appel. Cet après-midi, je serai à Auschwitz et je demanderai aux représentants des gouvernements présents de s’y joindre également. » (Mémorial de la Shoah à Paris, 70e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, 27 Janvier 2015 (3))

 

 

LE FIL DE L’ANTISIONISME :

Sur la question de l’antisionisme, les graines sont semées au plus haut niveau de notre République. Notre premier ministre, Monsieur Manuel Valls, a clairement exprimé sa position quant à ce « fil » :

«Que des groupes radicaux, extrémistes, dans ces manifestations, ou sur les réseaux sociaux abritent derrière la mise en cause d’Israël, un antisionisme de façade, c’est-à-dire tout simplement leur antisémitisme et la haine des juifs, il faut là aussi le dire et dire la vérité à ceux qui peuvent se retrouver dans ces manifestations [Applaudissement sur les bancs de l’Assemblée] ». (Manuel Valls, 1er Ministre français, discours devant l’Assemblée nationale pour la journée des questions au gouvernement, mardi 23 juillet 2014)

« […] se dire antisioniste ou nier le droit à l’existence de l’État d’Israël en voulant éviter l’accusation d’antisémitisme n’est pas possible ». (Manuel Valls, présentation de vœux à la grande synagogue de la Victoire à Paris, Jeudi 18 Septembre 2014)

Note ajoutée le 26 Mai 2016 : Monsieur Valls, dans son discours devant le CRIF (Dîner annule 2016) a employé le terme « synonyme » pour fondre ensemble l’antisionnisme et l’antisémitisme. Nous n’en sommes pas étonnés, nous l’attendions. Voir notre publication à ce sujet : https://gayssoteries.wordpress.com/nos-articles/diner-du-crif-2016-manuel-valls/

Validant cet amalgame aujourd’hui, Monsieur Valls confesserait-il en creux son passé d’antisémite ? Car on ne peut pas, d’un revers de manche et de quelques postillons bien lancés, oublier son engagement pour la cause palestinienne en 2008 (« engagement de façade, c’est-à-dire tout simplement » son opportunisme ?):

« […] l’édification d’un mur honteux, la poursuite des colonisations, le sort des prisonniers, l’absence de dialogue, l’humiliation […] l’accumulation insupportable, il y a encore quelques heures, de victimes […], les signes incessants d’une région meurtrie par la violence qui appelle la violence et le désespoir […] ». (Manuel Valls, Journée de solidarité pour la Palestine, Jour de la Terre, 2008 (4))

 

 

LE FIL DE LA COMPÉTITION VICTIMAIRE :

Sur la question de la compétition victimaire, la Shoah se distingue remarquablement puisqu’elle est parmi les crimes contre l’humanité les plus écrits, relatés, diffusés et rediffusés, cités, rappelés, suggérés, déplorés, enseignés, exposés et commémorés en France.

Grand privilège : elle est le seul crime contre l’humanité dont la négation est pénalement réprimée (Amendes, jusqu’à un an d’emprisonnement, peut-être bientôt jusqu’à 5ans).

 

POURTANT :

  • tous les juifs ne sont pas favorables à la politique israélienne (ex : UJFP – Union Juive Française pour la Paix se présente comme non sioniste et critique âprement la politique colonialiste d’Israël)
  • tous les juifs ne croient pas en la réalité de la Shoah (ex : Pr Roger Dommergue)
  • tous les juifs n’approuvent pas la façon qu’à la mémoire de la Shoah de se présenter  (ex : Jacob Cohen, Norman D. Kinkelstein « l’Industrie de l’Holocauste », Éditions Verso Book, 2000)

Est-il ici nécessaire de rappeler qu’il existe des juifs qui, dans leur esprit, ont tressé ensemble les trois fils « maudits » (ex: Gilad Atzmon). Est-il antisémite le juif qui, dans son esprit, tisse les trois fils ensemble ? D’après le « Théorème de BHL » et logiquement : oui !

Mais comme il élude la question embarrassante et que l’immense majorité de ses interlocuteurs feignent ne pas avoir de cervelle et jouent le jeu, il faut prendre pour argent comptant ce qu’il rêve, ce qu’il invente, ce qu’il affirme : les juifs sont tous des sionistes convaincus de la réalité de la Shoah et ne trouvent rien à redire sur la façon qu’on a d’en honorer la mémoire. La messe est dite !

Bernard-Henri Lévy est un défenseur du sionisme (5), il croit en la réalité de la Shoah (dont il connaît mal l’histoire puisqu’il s’entête pour exemple à parler de 6 millions de morts alors même que l’histoire officielle en reconnaît tout au plus moitié moins) et ne pointe du doigt aucune fausse note dans la façon qu’on a de transmettre sa mémoire. Il est donc tout-à-fait compréhensible de penser que celui qui lui renverra son image en négatif éveillera en lui toute l’exaspération d’un gourou exalté en quête d’adeptes à qui l’on signifie qu’il s’égare et trouble le droit d’exister à tous ceux qui restent insensibles à ses convictions.

En somme, seuls les juifs, insoupçonnables d’antisémitisme, peuvent tresser les trois fils. Seuls les (bons*) juifs peuvent s’opposer à ce que font, pensent et croient les juifs. Toute saillie de la part d’un non-juif doit être condamnée du seul fait qu’elle peut être l’expression de l’antisémitisme. Les juifs ont le privilège de la critique envers les juif : que ceux qui ne sont pas juifs se le tiennent pour dit! Ce que BHL ne tolère pas, la République doit le condamner!

Le « Théorème de BHL » est irrationnel, gonflé de dédain mais bien utile pour qui veut frapper d’anathème les récalcitrants – que ne songe-t-il pas à s’y prendre d’une autre manière ?! L’arrogant Monsieur Bernard-Henri Lévy ne cessera de nous surprendre par ses assertions fumeuses, fantaisistes, sans noblesse mais aussi dépourvues de la clairvoyance propre aux grands hommes, qui ont, par la lumière de leurs analyses, éclairé les nombreuses générations qui leur ont succédé.

Le «Théorème de BHL» n’est pas à encore à maturité qu’il boîte déjà, faisant mine de galoper avec aisance par-delà les sommets de la mauvaise foi.

Un bien médiocre théorème pour censurer ce qui déplaît à Monsieur Bernard-Henri Lévy sous couvert de philanthropie. Il n’est pas le seul à répandre cette idée proprement fantaisiste et notre République doit y trouver son compte ou trembler pour quelque obscure raison puisqu’elle rentre dans la danse.

Gayssoteries

 


 

(1) Source : http://laregledujeu.org/2016/02/05/27498/bhl-lantisemitisme-est-en-train-de-devenir-une-religion-planetaire/)
(2) Source : http://laregledujeu.org/2014/10/06/17994/comment-fonctionne-l%E2%80%99antisemitisme-d%E2%80%99aujourd%E2%80%99hui/
(3) Source : http://www.elysee.fr/videos/discours-au-memorial-de-la-shoah/
(4) Source : https://www.youtube.com/watch?v=YaaFeIfyUkY
(5) source (à partir de 1 :35) : https://www.youtube.com/watch?v=dznRH1iHkb4

* L’affaire est plus grave qu’il n’y paraît et les symptômes du mal plus insaisissables encore puisque les juifs négationnistes, antisionistes et/ou critiques sur la question de la mémoire de la Shoah seraient en proie à ce qu’on a coutume d’appeler « la haine de soi ». Sémites, ils sont donc indirectement qualifiés eux-mêmes d’antisémites.

Publicités

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s