Lettre de Jaques Vecker sur Jean Gabriel Cohn-Bendit 20/09/2015

bendit

Ingénieux Jean-Gabriel Cohn-Bendit !

Dans une émission de l’également ingénieux Thierry Ardisson, le frère de Daniel, soit Jean-Gabriel ou Gaby Cohn-Bendit, invité à s’expliquer sur les doutes qu’il exprima dans le passé quant au révisionnisme tempéra son propos en clamant cependant haut et fort qu’il était contre la censure (et contre la peine de mort même pour Eichmann !). Dans son esprit, la liberté d’expression ne connaît pas de limite, chacun ayant le droit de dire ce qu’il pense car rien n’autorise à restreindre ce droit sacré.

Fin débatteur, il ajouta, après avoir déclaré qu’il croyait en la volonté allemande d’exterminer les Juifs, que rien n’était plus aisé que de démonter les arguments des révisionnistes – on les combat – et de rétablir la vérité de l’histoire. Le meilleur moyen de s’opposer à eux et d’en libérer le paysage culturel consiste donc à les laisser parler librement, ce qui, montrant  l’absurdité de leur raisonnement et le non- sens de leurs assertions, mettra par là même un terme à toute contestation.

En précisant qu’il croyait au génocide, Gaby Cohn-Bendit devait bien se rendre compte, comme chacun de nous, que les six millions de victimes avaient disparu d’Europe, que l’on n’en voyait presque plus parmi les hommes de pouvoir, les praticiens de l’information, les maîtres de l’économie, les artistes et chanteurs célèbres ou les « philosophes » médiatiques. Il pouvait aussi se demander comment il était possible que d’innombrables rescapés, véritables miraculés, aient pu depuis septante années repeupler Israël et se rassembler un peu partout dans le monde pour célébrer régulièrement l’horrible destin qui aurait été le leur.

Il pourrait s’étonner de voir un Elie Wiesel insister sur le fait qu’en janvier 1945, à Auschwitz, peu avant l’arrivée de l’Armée rouge, les autorités allemandes ont observé un comportement étonnamment humain : les horribles « bourreaux » SS ont alors laissé à Elie Wiesel ainsi qu’à son père et à tous les prisonniers affaiblis, le choix entre 1) attendre sur place les libérateurs soviétiques et 2) se joindre à la colonne de prisonniers à évacuer vers l’intérieur de l’Allemagne, équipés de vêtements chauds et d’une boule de pain… Il pourrait s’étonner que tant d’archives soient encore inaccessibles aux chercheurs alors que ces dernières permettraient si facilement de distinguer entre la réalité et les mensonges. Après tout, c’est grâce à des archives bien tardivement révélées que Gorbatchev a pu admettre que l’effroyable crime des Allemands éliminant d’une balle dans la nuque l’élite polonaise avait, en réalité, été commis par l’Armée soviétique.

Et ainsi de L’astuce lumineuse de Gaby Cohn-Bendit ne résiderait-elle pas dans le fait que, sans qu’on puisse pour autant lui reprocher de dévier du politiquement correct, il ouvre la porte toute grande par son raisonnement à la dissolution du mythe de la Shoah, et cela sans la mettre en doute (quel génie !).

En effet, dès l’instant où l’on peut exposer au grand jour les faits et les documents, aucune des croyances en la vaste mystification du XXème siècle ne pourra plus subsister. Nous rejoindrions alors Alain Soral qui, dans ses Dialogues désaccordés avec Eric Naulleau a pu écrire : « On ne peut pas NE PAS devenir révisionniste quand on rencontre un vrai révisionniste ».

A la suite de Noam Chomsky, le géant de la pensée américaine, il suffit de défendre la liberté d’expression pour faire œuvre honnête. Chomsky n’a-t-il pas apporté son soutien moral à Robert Faurisson, l’un des grands témoins de l’exactitude en matière d’histoire ?

La question n’est pas de savoir si Saint Jean-Gabriel Cohn-Bendit a raison ou tort mais de noter qu’en s’opposant à toute dictature de la pensée et en rejetant ce bâillon qu’on veut imposer à tel ou tel il ouvre la voie à ceux qui, dans leurs recherches, s’attachent aux archives, aux documents, aux faits et non aux fantasmes.

Merci, Monsieur Jean-Gabriel Cohn-Bendit !

Jacques Vecker « Libre expression », 2O septembre 2015

Publicités

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s