ITALIE : FINIE LA LIBERTE DE PAROLE

 

NDLR ( Gayssoteries) :

Nos voisins italiens se sont vus recemment doter d’une loi « Gayssotisante », rejoignant ainsi le club de moins en moins fermé des nations « droit de l’hommistes », démocratiques et développées qui sont priées de ne jamais entamer de recherche historique sur la seconde guerre mondiale en osant bousculer les certitudes de départ (notre billet à ce sujet : https://gayssoteries.wordpress.com/2016/06/09/italie-vote-dune-loi-contre-le-negationnisme/).

Nos voisins sont désormais priés de ne jamais rendre publiques leurs conclusions, dès lors qu’elles viendraient à remettre en question l’existence des chambres à gaz, et, par là-même, celle du génocide planifié des juifs par les nazis (les chambres à gaz étant la clef de voûte du génocide planifié et le camp d’Auschwitz son icône-musée. Quant à la loi, elle n’est rien d’autre que le bras armé d’une mémoire militante agressive, grossière, contre-productive et fascisante).

Le 9 Juin dernier, le journal en ligne « Il Primato Nazionale » publiait un billet critique dont voici la traduction (suivie de l’article original).


 

TRADUCTION DE L’ARTICLE :

Rome, 9 Juin

Le Parlement continue de s’occuper des sujets prioritaires
pour le peuple italien. Après l’union civile [mariage pour les
homosexuel(les)], voici la circonstance aggravante de négationnisme. A
partir d’aujourd’hui, les délits de discrimination raciale et les crimes
xénophobes prévus dans le cadre de la loi Mancino – qui également est une
autre belle étape de l’histoire du droit ­ pourront aussi être aggravés « de
deux à six ans si la propagande ou l’incitation commise pose un danger réel
de propagation, sont basées, en tout ou partie, sur la négation de la shoah,
ou des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de
guerre tels que définis par les articles 6, 7 et 8 du Statut de la Cour
pénale internationale « .

L’amendement a été  adopté à la Chambre, en troisième lecture, par 237
oui, 5 non, 102 abstentions. Explosion de joie de la communauté juive:
« Aujourd’hui, au sein de l’Assemblée, a été finalisé le dernier acte d’un
engagement civique et culturel extraordinaire par les institutions les plus
importantes de notre pays », a dit le président de l’Union des communautés
juives italiennes, Renzo Gattegna. Avec le feu vert au projet de loi sur le
négationnisme  » l’Italie écrit en réalité une page historique dans son
histoire récente parlementaire et dote sa législation d’un nouvel outil
fondamental dans la lutte contre les professionnels du mensonge tout en
protégeant, clairement, les principes inaliénables tels que la liberté
d’opinion et de recherche ».

Ainsi, une loi sur les délits d’opinion, qui institue une vérité historique
incontestable, favoriserait « la liberté d’opinion et de recherche ». La
guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la
force.

Giuliano Lebelli


L’aggravante di negazionismo è legge: in Italia finisce la libertà di parola

117shares
FreedomOfSpeech
Roma, 9 giu –

Il Parlamento continua a occuparsi delle più stringenti priorità del popolo italiano. Dopo le unioni civili, ecco l’aggravante di “negazionismo”. Da oggi i reati di discriminazione razziale e di stampo xenofobo previsti dalla legge Mancino – che a sua volta è un altro bella pietra miliare della storia del diritto – potranno contemplare anche un aggravante “da due a sei anni se la propaganda, ovvero l’istigazione e l’incitamento commessi in modo che derivi concreto pericolo di diffusione, si fondano in tutto o in parte sulla negazione della Shoah, o dei crimini di genocidio, dei crimini contro l’umanità e dei crimini di guerra, come definiti dagli articoli 6, 7 e 8 dello Statuto della Corte penale internazionale”.La norma è passata alla Camera, in terza lettura, con 237 sì, 5 no e 102 astenuti. Esulta la comunità ebraica: “Oggi, nell’aula della Camera, si è compiuto l’ultimo atto di uno straordinario impegno civico e culturale che ha visto protagoniste le massime istituzioni del nostro Paese” commenta il presidente dell’Unione delle Comunità Ebraiche Italiane, Renzo Gattegna. Con il via libera al ddl sul negazionismo “l’Italia scrive infatti una pagina storica della sua recente vicenda parlamentare e dota il legislatore di un nuovo fondamentale strumento nella lotta ai professionisti della menzogna tutelando al tempo stesso, con chiarezza, principi irrinunciabili quali la libertà di opinione e di ricerca”. Quindi una legge sui reati d’opinione, che fissa una verità storica come indiscutibile, favorirebbe “la libertà di opinione e di ricerca”. La guerra è pace, la libertà è schiavitù, l’ignoranza è forza.Giuliano Lebelli


(source : http://www.ilprimatonazionale.it/cronaca/aggravante-negazionismo-legge-46117/)

Publicités