Siegfried Verbeke Arrêté (2015)

NOTRE AVIS (GAYSSOTERIES) – EN BAS DE PAGE

Le négationniste belge flamand Siegfried Verbeke arrêté aux Pays-Bas

LE MONDE | 08.08.2005 à 13h41 • Mis à jour le 08.08.2005 à 13h41 | Par Jean-Pierre Stroobants – BRUXELLES de notre correspondant

Siegfried Verbeke, 63 ans, l’un des principaux porte-parole du courant négationniste en Europe, a été interpellé, vendredi 5 août, à l’aéroport de Schiphol-Amsterdam, alors qu’il se rendait aux Philippines. Ce Belge, cofondateur du parti d’extrême droite Vlaams Belang (ex-Vlaams Blok), fait l’objet d’un mandat d’arrêt européen lancé en juillet 2004 par le parquet de Mannheim, en Allemagne. Les autorités judiciaires du Bade-Wurtemberg veulent le mettre en examen pour négationnisme et révisionnisme via, notamment, le site Internet de Vrij Historisch Onderzoek (VHO, Recherche historique libre), centre fondé par Siegfried Verbeke et son frère. Le militant extrémiste belge est une figure connue dans les milieux négationnistes européens. Il a été condamné, en 1992, aux Pays-Bas pour avoir exprimé publiquement des doutes sur l’authenticité du Journal d’Anne Frank. Le tribunal de La Haye a jugé qu’il diffusait des écrits insultants pour les juifs et les victimes du nazisme. En Belgique, la cour d’appel d’Anvers l’a condamné, en avril, à un an de prison avec sursis pour tentative de négation de l’Holocauste « dans le but de rendre le régime nazi acceptable » .
La justice anversoise a estimé que l’idéologie diffusée par Siegfried Verbeke représentait « une sérieuse menace pour la démocratie ». Auparavant, une autre juridiction belge avait cependant refusé l’extradition réclamée par l’Allemagne, qui entend punir les auteurs des thèses répercutées par le site VHO, devenu l’un des principaux vecteurs mondiaux des thèses négationnistes et dont la version anglophone est toujours en activité. L’organisation s’est dotée, depuis 2002, d’une branche francophone baptisée Vision historique objective (VHO, également). Connu depuis les années 1970 pour sa participation à un groupe paramilitaire flamand aujourd’hui dissous, Siegfried Verbeke avait transformé son travail d’éditeur en une véritable industrie : en 1998, la justice belge avait saisi, au total, 20 tonnes de documents négationnistes lui appartenant. Selon son avocat, Siegfried Verbeke risque bel et bien d’être extradé par la justice néerlandaise. Celle-ci, qui n’entend pas, en outre, se prononcer sur le fond de la demande allemande, se montre généralement très sévère avec les négationnistes. Elle devrait prendre sa décision dans six semaines au plus tard. S’il est remis à la justice de Mannheim, Verbeke risque de cinq à dix années de prison. L’Allemagne est l’Etat européen le plus intransigeant envers les auteurs de délits de ce type.

Jean-Pierre Stroobants – BRUXELLES de notre correspondant

(Source : http://www.lemonde.fr/europe/article/2005/08/08/le-negationniste-belge-flamand-siegfried-verbeke-arrete-aux-pays-bas_678416_3214.html)

NOTRE AVIS (GAYSSOTERIES):  La justice anversoise a estimé que l’idéologie diffusée par Siegfried Verbeke représentait « une sérieuse menace pour la démocratie »A noter ici que la Justice exprime son opinion personnelle sur les sensibilités politiques de Monsieur Siegfried Verbeke. Forts de cette déclaration, et ce n’est pas anodin, on peut se demander ce qui est vraiment reproché à ce révisionniste : son orientation politique? Est-il question de condamner un opposant politique plutôt qu’un révisionniste historique? Est-il question d’histoire ou de Politique?

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s