UN EX-INFIRMIER d’AUSHWITZ DE 95 ANS JUGE

Allemagne: Un ex-infirmier d’Auschwitz de 95 ans jugé fin février

NDLR (Gayssoteries) : Nos remarques en fin d’article.

Malgré ses « troubles cognitifs » et ses « faibles capacités physiques », l’ancien SS n’est pas « totalement inapte » à être jugé, a estimé un tribunal en appel…

20 Minutes

B.D. avec AFP / Publié le 18.01.2016 à 12:26 / Mis à jour le 18.01.2016 à 12:26

Un ancien infirmier d’Auschwitz âgé de 95 ans, en poste lorsqu’est arrivé le convoi d’Anne Frank, sera jugé à partir du 29 février en Allemagne bien que ses facultés physiques soient très amoindries, a annoncé ce lundi la justice allemande.

Hubert Zafke répondra devant le tribunal de Neubrandenbourg de « complicité » dans l’extermination d’au moins 3 681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et le 14 septembre 1944.

Pas « totalement inapte » à être jugé

Le tribunal avait refusé en juin 2015 d’ouvrir son procès, invoquant sa santé déclinante. Mais cette décision a été invalidée en appel en décembre, au motif que l’ancien SS, malgré ses « troubles cognitifs » et ses « faibles capacités physiques », n’est pas « totalement inapte » à être jugé. Au-delà des quelques dates prévues en mars, le calendrier d’audience reste flou et suspendu à l’état de santé de l’accusé, a néanmoins averti lundi un porte-parole du tribunal auprès de l’agence allemande DPA.

L’accusation contre Hubert Zafke couvre 14 convois de déportés arrivés à Auschwitz entre le 15 août et le 14 septembre 1944, venus de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork. Dans ce dernier train, ultime convoi parti du camp de transit néerlandais, se trouvaient Anne Frank, ses parents Otto et Edith et sa sœur aînée Margot.

Une douzaine de procédures encore en cours

La famille de l’adolescente recluse deux ans à Amsterdam pour échapper aux nazis, dont le journal intime est devenu mondialement célèbre, a survécu à la « sélection » entre les déportés jugés aptes au travail et ceux qui étaient immédiatement gazés. Mais Edith est morte d’épuisement en janvier 1945 à l’infirmerie d’Auschwitz et ses deux filles, transférées à l’automne 1944 à Bergen-Belsen, y ont succombé début 1945 avant l’arrivée des troupes britanniques.

Une douzaine de procédures sont encore en cours en Allemagne contre d’anciens SS, quelques mois après la condamnation à quatre ans de prison d’Oskar Gröning, ex-comptable d’Auschwitz. Parmi les plus avancées figure celle contre Reinhold Hanning, 93 ans, ancien garde d’Auschwitz qui comparaît à partir du 11 février à Detlmold, en présence des parties civiles venues des États-Unis, de Hongrie et d’Israël.

Ces procès tardifs illustrent la volonté allemande de juger « jusqu’au dernier » les criminels du IIIe Reich, après des décennies d’un bilan judiciaire très décrié, marqué par de rares et faibles condamnations.

(Source : http://www.20minutes.fr/monde/1768043-20160118-allemagne-ex-infirmier-auschwitz-95-ans-juge-fin-fevrier)

NDLR (Gayssoteries) :

« {…] femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah […] »

Cette affirmation est une contre-vérité puisque des enfants qui ont grandi mais aussi d’autres qui y sont nés ont été libérés des camps à la fin de la guerre. Pour que ces enfants naissent et y grandissent, il a nécessairement fallu que des femmes et leurs enfants ne soient pas gazés dès leur arrivée au camp. Par ce constat froid, nous ne nions pas les terribles conditions d’existence que fût celle des camps pour ces populations qui les ont vécu, aussi faut-il accepter de discuter des événements de l’histoire sans pervertir son analyse par les émotions qu’elles transportent. Plus loin, l’article nous rappelle qu’Anne Frank « a survécu à la « sélection » entre les déportés jugés aptes au travail et ceux qui étaient immédiatement gazés. ». L’article parvient à se contredire en quelques lignes.

Pourchassés, traqués, tous les allemands qui travaillaient dans les camps de concentration hitlériens, du plus petit commis au plus haut responsable, sont accusés de complicité d’un génocide commis avec une arme (gazages homicides) dont on refuse expressément de discuter la réalité.

Bâillonnés (bien plus sévèrement en Allemagne qu’en France), les révisionnistes sont contraints de regarder les chasseurs de sorcières commettre avec un zèle inextinguible ce qu’on pourra peut-être appeler un jour la plus terrible erreur judiciaire à grande échelle de tous les temps.

 

Publicités