MONIKA SCHAEFER ATTAQUÉE PAR LA PRESSE DE JASPER

NDLR (Gayssoteries) : Nous partageons ici une publication de Monika Schaefer que vous pouvez lire dans sa version originale ici (notre traduction étant, comme d’habitude, non exempte d’erreurs et d’approximations – nous nous en excusons) :

https://freespeechmonika.wordpress.com/2017/05/13/local-letters-the-inquisition/

Lettres locales: une inquisition

13 Saturday May 2017

ms.png

Merci Deke, pour le contrôle de santé mentale! Jasper a deux journaux. L’hebdomadaire s’appelle Fitzhugh, et les lecteurs réguliers de ce blog savent déjà que le personnel de Fitzhugh m’a été très hostile dans leur couverture relative à la controverse entourant ma vidéo intitulée «Désolé maman, j’ai eu tort sur l’holocauste». L’autre article s’appelle The Jasper Local, et sort deux fois par mois. L’éditeur / rédacteur en chef Bob Covey a été beaucoup plus professionnel et définitivement jamais hostile. Cela ne signifie pas qu’il soit d’accord avec mes conclusions – bien au contraire – mais il n’est pas aveuglément réactionnaire. Dans un éditorial de l’été dernier (lien ici, faites défiler jusqu’au 15 août 2016), il a écrit ceci: De nos jours, il semble que les gens sont très désireux d’être indignés. Il semble qu’il n’en faut pas beaucoup pour que les gens sortent de leurs gonds et prendre les armes. Certes, lorsqu’un membre de la communauté déclare l’Holocauste comme un mensonge, c’est une pilule difficile à avaler, mais encore: faire le saut qui consiste à interroger les histoires dont on nous a dit qu’elles faisaient la promotion des discours de haine est large. Sur la base des preuves disponibles, ce n’est pas une personne que je suis prêt à prendre.

Après avoir fait une présentation au conseil municipal en février sur la non-pertinence des opinions d’une personne en ce qui concerne la question de l’acquisition d’une licence de busking, les hostilités dans la ville ont de nouveau augmenté. Apparemment, ceux qui se sentent menacés par les vérités historiques dont je parle ouvertement ne l’ont pas aimé, et je semblais avoir une avancée. (J’ai écrit à propos de la présentation ici.) Bob Covey a écrit à propos de la réunion dans son journal du 15 février, décrite ci-dessous, l’article intitulé « Council gets an earful on busking». Il a choisi, dans ses archives, une image amicale de moi avec un grand sourire, faisant du hoolahoop autour de mes déchets et affichant un «sauver les arbres» au-dessus de ma tête. Je ne peux pas trouver l’article sur le site ou je le partagerai ici. Il a fait un beau reportage de la réunion.

Les deux éditions suivantes de The Jasper Local portaient des lettres en réaction. Voici quelques extraits de la lettre vénéneuse de Vancouver, Paul Brooke, le 1er mars:

Je suis en train d’écrire en réponse à votre très sympathique éditorial soutenant Monika Schaefer. Je ressens profondément la façon dont vous soutenez le droit de Schaefer d’avoir son opinion.» Il est évident que les deux ne le comprenez pas. […] Des gens comme vous vivent dans une sorte de bulle, en pensant que «la pauvre Monika» devrait avoir le droit de vider ses objections répréhensibles […] Oui, la liberté d’expression fait partie de notre démocratie, mais le discours de haine criminelle n’est pas. Schaefer parle de la «police de la pensée» sur le conseil municipal de Jasper qui la défend. […] Je n’ai pas besoin de ses Faits alternatifs dégoûtants déguisés en éclat pour les masses. Ce ne sont que des ordures détestables.

~ Paul Brooke ~ North Vancouver, B.C.

mss.jpg

L’édition suivante, le 15 mars, a reçu une lettre légèrement plus polie intitulée «Horrors of War» par Harry Home. Je ne peux pas trouver la lettre de Home sur le site Web The Jasper Local, mais un article similaire a été publié dans le Fitzhugh [Lien : http://www.fitzhugh.ca/schaefer-should-apologize/). Contrairement à l’éditeur de Fitzhugh Craig Gilbert, Bob Covey m’a donné le droit de réponse. Ma lettre a été publiée le 1er avril 2017 dans The Jasper Local.

RE: Horrors of War [NDLR : Réponse de Monika Shaefer]

Monsieur le rédacteur, Le débat est interdit dans une société totalitaire. Les preuves ne sont pas pertinentes. Les livres sont brûlés. Je suis d’accord avec les sentiments de Harry Home (The Jasper Local, 15 mars 2017) sur la plupart des gens aimant et pacifiques. Je suis également d’accord pour dire que les guerres sont horribles. C’est pourquoi je m’investis tant sur cette ligne. Un monde de mensonges et de tromperies est un monde de guerre et d’agitation. Je suis motivée par l’amour et je travaille pour la paix. Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation de Home selon laquelle « il existe des preuves concrètes du meurtre de millions de Juifs et {sur le fait} que les camps de la mort existent … » Les gens continuent de répéter cette déclaration comme un mantra, mais où est la preuve? Les procès de l’Holocauste de Toronto dans les années 1980 ont montré de nombreuses preuves du contraire, et les procès sur l’holocauste ont été évités depuis. De nombreuses personnes, y compris des juifs, sont mortes dans les camps de travail. La plupart des décès sont survenus à la suite de la famine et de la maladie au cours des derniers mois de la guerre, car les lignes d’approvisionnement ont été réduites en raison des bombardements alliés. Amazon s’est engagé dans un brûlage massif de livres modernes, tandis que des dizaines de titres ont disparu de leur site. Ces livres remettent en question le récit orthodoxe de l’holocauste. Beaucoup de travaux scolaires contenant du matériel de source primaire archivistique ont été jetés dans les poubelles de la mémoire [thrown down the memory hole]. Peut-être pouvons-nous interpréter cela comme un rappel de ces livres. Il est préférable de les réduire en cendres quand on ne peut pas réfuter ce qui est écrit dedans.

Même l’acte d’effacer les livres est lui-même effacé, car les médias traditionnels ne l’ignorent pas, ou prétendent que seulement 3 titres de livres ont été éliminés. Je possède personnellement plus de 3 des livres disparus. Mais encore une fois, les faits ne sont pas pertinents dans le monde de George Orwell. Pourquoi la haine et le mépris sont-ils ceux qui expriment pacifiquement la dissidence? Ceux qui interrogent l’orthodoxie sont criminalisés par des lois sur le «discours haineux». Tout est tourné de façon à criminaliser les révélateurs de la vérité et les appelant les haineux. Cet événement est-il appelé «l’holocauste» vraiment tellement coupé et séché? Certes, cette seule réaction devrait suffire à alerter les individus pensant partout où il pourrait y avoir des défauts dans le récit dominant. Si j’avais je me trompais tant que ça sur mes conclusions quant à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, personne ne se sentirait menacé par ce que je dis. Ils pourraient simplement présenter la preuve. La vérité ne craint pas l’enquête. Monika Schaefer, Jasper

De manière prévisible, la reprise est venue dans la prochaine édition 15 avril:

msss.jpg

Lettre de haine

Il pourrait s’appeler Haine fois 13

J’ai compté le mot «haine» ou «haine» [hatred] treize fois dans cette lettre! Hmmmm … qui déteste qui? J’ai reproduit la lettre ici, intercalée avec mes commentaires.

La haine commence par des mots

Par Jessica Gomes, Jasper

Re: La lettre du 1er avril de Monika Schaefer Monsieur le rédacteur, Le déni de l’Holocauste doit être combattu. Non pas parce qu’il y a une vérité à cacher ou à une conspiration «orthodoxe» secrète, mais parce que la haine commence par des mots. La haine a commencé par des mots avant l’holocauste lorsque des millions de juifs, de roms, de chrétiens, de communistes, d’homosexuels et de personnes handicapées étaient déshumanisées, criminalisées, discriminées et assassinées. Nous voyons cette même haine continuer aujourd’hui avec des mots et des actions de négation de l’holocauste.

[NDLR : Réponse de Monika Shaefer] :

MME. Je suis un peu confus. Donc, le meurtre de toutes ces personnes a eu lieu avant l’holocauste? Bien voyons comment tout cela est expliqué. Beaucoup de «haine» jusqu’à présent … Je me demande si Gomes se rend compte que la Judée a déclaré la guerre contre l’Allemagne en 1933.

Bien que Monika Schaefer et d’autres deniers puissent imiter et miroiter les pratiques des historiens et des savants légitimes, leur «recherche» pantomimée est une farce trompeuse et mal conçue pour propager l’antisémitisme et la haine. Il est vrai que «la vérité ne craint pas l’investigation», et son crédit, L’Holocauste est l’un des événements les mieux documentés et les plus étudiés dans l’histoire de l’humanité. La preuve est irréfutable, indéniable, écrasante, et ce n’est pas un «récit dominant».  C’est ce qui s’est passé.

[NDLR : Réponse de Monika Shaefer] :

MME. Beaucoup d’air chaud ici pour me frotter, mais pas beaucoup de substance jusqu’à présent. À propos de ce même, «… très bien documenté et étudié …». C’est ce qu’ils disent. Mais où est la preuve s’il vous plaît? Ils ne pouvaient pas la montrer en cour! Et où est cette documentation? Dans toutes les tonnes de documents et archives du gouvernement allemand saisis à la fin de la guerre, on n’a jamais trouvé un seul morceau qui disait quelque chose sur un plan ou l’intention de tuer les juifs. Même le principal historien de l’holocauste juif Raul Hilberg a dû concéder lors du grand procès sur l’Holocaust en 1985 qu’il devait y avoir un «incroyable rassemblement d’esprit». Vous pouvez lire à ce sujet ici [NDLR. Lien : http://www.ihr.org/jhr/v08/v08p417_faurisson.html%5D

Le haine commence par des mots. La lettre de Monika Schaefer à l’éditeur est criblée de haine et d’antisémitisme: certains sont évidents, insolents d’instigation avec des mots de code théoriques de complot et de bêtises. Nous avons le devoir de rappeler les paroles de Monika Schaefer pour ce qu’ils sont: la haine se comporte comme des interrogations et un  dissidence innocentes.

[NDLR : Réponse de Monika Shaefer] :

MME. Oh [my]! «Criblée de haine», «insolent», «mots de code du théoricien de la conspiration» (yikes!), «Haine masquée sous des interrogations innocentes …». Une telle discussion intelligente! S’il vous plaît, Jessica, pourriez-vous au moins me donner une substance, peut-être juste une preuve?

Les négateurs de l’Holocauste ont soif d’attention, et toute recherche Google rapide donne une pléthore de résultats pour le déni de l’holocauste dans les coins noirs d’Internet. Nous ne pouvons pas, en toute conscience, leur donner encore une autre plate-forme, en particulier une plate-forme médiatique légitime, pour célébrer la haine, le mensonge et l’antisémitisme. Aucun journal traditionnel ne publierait de diatribes remplies de haine en plaidant pour la réintégration de la ségrégation, l’abrogation des droits LGBTQ ou l’abrogation du droit de vote pour les femmes. Toutes ces opinions peuvent être protégées par la liberté d’expression, et leurs propriétaires sont les bienvenus, mais ils ne peuvent pas être choqués ou offensés lorsque ces opinions ne sont pas les bienvenues dans la salle de classe, les nouvelles du soir ou dans ce même journal. La liberté d’expression n’est pas absolue au Canada.

[NDLR : Réponse de Monika Shaefer] :

MME. Plus de tactiques, attaquant le messager – «soif d’attention» – où l’ai-je entendu auparavant? Les gens qui interrogent l’histoire officielle de 19 Arabes avec des box-coupeurs qui abattent 3 gratte-ciel modernes avec 2 avions le 11 septembre obtiennent ces mêmes accusations. Dans ces «coins noirs de l’Internet», oh cet endroit effrayant, le ciel vous interdit d’oser aller là-bas et penser à vous-même et essayer de régler les faits de la désinformation. Mieux vaut informer les médias traditionnels «légitimes», les mêmes médias qui ont relaté avec diligence Sadam Hussein qui a lancé des bébés prématurés hors des incubateurs d’hôpitaux, ainsi que toutes ces armes de destruction massive qui ont malheureusement échoué à se concrétiser, mais ont été la justification de la libération guerre.

Amazon et d’autres éditeurs ne sont pas légalement interdiction par le gouvernement de vendre ce genre de contenu, et s’ils choisissent de ne pas accueillir des publications remplies de haine ou le déni de l’holocauste, c’est leur choix, et non le totalitarisme. Les lignes directrices de l’Amazon indiquent que leurs publications ne peuvent «promouvoir ou glorifier la haine, la violence, l’intolérance raciale, sexuelle ou religieuse». » Ce n’est pas un reflet de l’état de la liberté d’expression, mais d’un marché libre. Les négateurs de l’Holocauste sont plus que bienvenus pour publier leurs propres œuvres et créer leurs propres plates-formes, beaucoup en ont déjà.

[NDLR : Réponse de Monika Shaefer] :

MME. Lorsque l’information contenue dans les livres ne peut pas être réfutée, les pouvoirs, que ce soit, les détruisent ou les suppriment, et vilipendent ceux qui osent parler de cette information.

Combattre le déni de l’holocauste n’est pas une question de blocage du débat ou de limitation de la liberté d’expression. Ceux qui cherchent à perpétuer le déni peuvent le faire librement avec leurs voix, sur Internet et dans leurs propres cercles. Mais nous devons nous prémunir contre ce type de haine, et nous le nier comme une maison ou le manteau de la légitimité dans notre université et nos médias.

[NDLR : Réponse de Monika Shaefer]

MME. Il est une contradiction complète de dire qu’il ne s’agit pas de bloquer le débat ou de limiter la liberté d’expression, tout en soutenant la criminalisation de la dissidence et l’utilisation d’un langage armé afin de mettre fin à la pensée et au débat critiques.

Il existe des certitudes absolues dans la vie et l’histoire. Ce sont des faits irrévocables que nous connaissons et qui se sont révélés vrais avec des preuves et une étude approfondie: la terre n’est pas plate, le soleil ne tourne pas autour de la Terre et l’holocauste est arrivé. ~

Jessica Gomes, Jasper

NOTE DE L’ÉD: C’EST LA DERNIÈRE LETTRE QUE LE JASPER LOCAL PUBLIE SUR CE SUJET JUSQU’À UN AVIS SUPPLÉMENTAIRE

(Tout va bien Bob, je ne te le reproche pas, je sais que tu as subi beaucoup de pression! ~ M.S.)

En conclusion  Cette « certitude absolue … l’holocauste a eu lieu » avec laquelle Jessica Gomes termine sa lettre, est un peu comme la Doctrine de l’Avis Judiciaire. Cette doctrine permet aux tribunaux de reconnaître comme étant des «faits» des «connaissances communes». Les preuves ne sont pas nécessaires parce que l’holocauste est évident. C’est un argument circulaire, et n’a absolument aucun sens. De même que Gomes est incapable et ne veut pas fournir de nombreuses preuves pour étayer sa déclaration selon laquelle l’holocauste a eu lieu. Mais encore une fois, lorsque les juges déclarent que la vérité n’est pas une défense, et que les preuves ne sont pas nécessaires, alors, que peut-on espérer? Gomes utilise chaque astuce dans le livre dans sa tentative de me discréditer. Elle se distingue du sujet en le couplant avec des sujets non apparentés, elle m’insulte personnellement, elle répète l’affirmation selon laquelle c’est l’événement le plus étudié et documenté de notre histoire sans nous dire quelle est cette preuve, elle utilise beaucoup de mots déclencheurs armés. Et elledéverse à plusieurs reprises de la boue sur mon chemin. Elle ne présente pas d’arguments en réponse à l’un de mes points. Au lieu de cela, elle m’apporte un ennemi. Elle personnifie dans sa lettre cette même chose dont elle m’accuse.

Publicités

2 réflexions sur “MONIKA SCHAEFER ATTAQUÉE PAR LA PRESSE DE JASPER

  1. Il y des tonnes d’arguments… mais nous ne les donnerons pas, na!

    Nous sommes pour la liberté d’expression… mais pas pour vous!Vous êtes la Haine™! La Haine™, c’est mal, alors que la Liberté®, c’est bien!

    C’est l’ordinaire des antirévisionnistes, qui expliquent qu’en censurant ils ne censurent pas, et que s’ils ne donnent pas d’arguments c’est parce qu’ils en ont en abondance.

    En quelque sorte, un résumé du prêt-à-bêler des rumineurs de la Mémouârrr… une synthèse

    Synthèse (8 s)⁣: ⬇

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s