MARINE LE PEN ENTRE EN CAMPAGNE CONTRE LE RÉVISIONNISME HISTORIQUE (ROBERT FAURISSON)

NDLR (Gayssoteries) : Un parti politique, quel qu’il soit, se doit de respecter les lois en vigueur dans le pays qu’il prétend vouloir diriger. Certes, il peut les désapprouver, inscrire leur modification ou leur suppression à son programme, mais ne pas les respecter? Ce serait incohérent avec la course à la présidentielle et le jeu politicien qui consiste à multiplier les voix (jeu de courtisanerie qui exige  une plasticité idéologique à toute épreuve  – et le front National, comme ses opposants, n’est pas en manque). Si un parti politique inscrivait à son programme qu’il autorisera le cambriolage, il ne devrait pas pour autant cambrioler en toute impunité. Il en va de même pour la loi Gayssot. Ne pas exclure un contrevenant reviendrait à envoyer le message  qu’on est incapable de respecter les lois de la République (comment les faire respecter soi-même dans ces conditions ?). Il n’est donc pas surprenant que le Front National rejette ceux qui ne respectent pas la loi Gayssot (qu’on soit d’accord ou non). Il n’est pas non plus surprenant que l’abrogation de la loi Gayssot ne soit plus au programme de Marine Le Pen puisque toute exclusion semblerait hypocrite : simple question de cohérence.

En revanche, Marine le Pen aurait pu faire valoir le fait que Bernard Loeuillet a été enregistré à son insu et qu’il ne s’agissait pas d’une déclaration publique. Qui plus est, Bernard Loeillet n’a pas nié la Shoah. Il a exprimé un doute. Malheureusement, douter est déjà criminel puisque la loi Gayssot interdit d’exprimer le moindre doute quant à la Shoah: à chacun de faire un effort pour être convaincu par le récit officiel et de ne rien déclarer jamais, même à huis clos (on pourrait l’enregistrer!).

Les chiffres, les faits, le déroulement des faits : il s’agit d’être convaincu, envers et contre tous, par chaque témoin, par chaque preuve, par chaque chiffre. Et si l’on ne comprend pas toute la démonstration des historiens, qu’on y trouve des lacunes et des manques, c’est qu’on n’a pas le bagage intellectuel nécessaire pour le faire. De toutes façons, les lacunes ne modifient en rien la conclusion. Alors il convient de se taire et de laisser l’histoire aux historiens (et à la justice).  Si d’aventure vous n’êtes pas tout-à-fait convaincus, vous devez n’en rien révéler jamais. Si l’on vous pose la question, vous devez répondre que vous êtes convaincus car, lorsqu’on vous pose la question, on ne vous demande en réalité pas votre avis : on teste votre capacité à refouler vos convictions personnelles et l’on attend de vous une totale approbation : une docile approbation. Et si vous déclarez n’avoir pas de position arrêtée sur l’histoire officielle, c’est un début de délit! Un crime de pensée qui éveille la suspicion! Quand bien même vous n’auriez pas étudié la question et seriez plutôt inculte en la matière, vous ne devez pas livrer une opinion hésitante sur la question ni même répondre que vous n’avez pas d’avis. C’est ici qu’on tombe dans le délit d’hésitation et d’ignorance pour basculer dans la croyance. Il est interdit de ne pas croire! Il est interdit d’ignorer!

Et vous? Etes-vous convaincus par tout ce qui est écrit dans les livres d’histoire? (Conseil de réponse : « Evidemment! »).

 

Robert FAURISSON                                                                                          18 mars 2017

 

Marine Le Pen entre en campagne contre le révisionnisme historique.

Que va décider Jean-Marie Le Pen ?

Deux récents articles du Parisien :

Un responsable du FN suspendu à Nice après avoir tenu des propos négationnistes ; Documentaire sur C 8 : quand un élu FN tient des propos révisionnistes.

Voilà beau temps que je l’avais noté : le Front national, loin de persister dans sa demande d’abrogation de la loi anti-révisionniste appelée « loi Gayssot » (ou « loi Fabius-Gayssot » ou « loi Faurisson »), donnait l’impression d’avoir changé d’avis mais, apparemment, il n’osait pas en faire l’aveu.

La vérité est qu’il avait effectivement tourné casaque, retourné sa veste, changé son fusil d’épaule, mais … en douce.

Car voici que, soudain, du jour au lendemain, Marine le Pen et Nicolas Bay, respectivement présidente et secrétaire général du FN, viennent d’éjecter du parti un libraire de Nice, Bernard Loeuillet, qui, devant une caméra cachée, avait laissé échapper quelques mots de nature révisionniste. L’exclusion du libraire s’est faite avec une telle célérité que N. Bay a exprimé le souhait de voir un jour les autres partis réagir avec « la même promptitude » devant l’énoncé de propos aussi intolérables.

De leur côté, les « bleu-marinistes » Marion Maréchal Le Pen, Louis Aliot et Gilbert Collard se sont mis à clatir avec la meute des journalistes. Il faut admettre qu’en pareille circonstance il est rare qu’on prenne le parti du cerf.

Bruno Gollnisch, candidat malheureux, en 2011, à la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du parti, n’a, pour l’instant, pas fait entendre sa voix.

Dans ses « 114 engagements présidentiels [pour 2017] », Marine Le Pen ne réclame pas l’abrogation de la loi Gayssot. En revanche, son père, au point 11 de sa Charte des valeurs des Comités Jeanne (Montretout, 13 janvier 2017), exige notamment l’« abrogation des lois restrictives dites “mémorielles” » et le « rétablissement des libertés dans tous les domaines de la recherche scientifique, intellectuelle ou historique ».

Que va bien pouvoir décider J.-M. Le Pen à l’heure où, en France, les révisionnistes se trouvent accablés de perquisitions, de saisies, de gardes à vue, de procès (parfois interminables : plus de dix années d’attente !), de peines de prison, d’amendes, de dommages-intérêts, de frais de procès ; parfois aussi ils perdent leur emploi ou, tel Vincent Reynouard, père de neuf enfants, se voient contraints à l’exil et à la misère. Heureux quand ils ne sont pas frappés, blessés, hospitalisés pour des opérations chirurgicales qui leur laissent à vie de terribles séquelles. Tout cela sans qu’aucun agresseur ne soit jamais arrêté et condamné.

Deux mois après son engagement du 13 janvier, le chef historique du FN va-t-il forfaire à sa « Charte des valeurs » de 2017 ou bien l’honorer, ne fût-ce que pour la sauvegarde de son propre honneur ?

Publicités

4 réflexions sur “MARINE LE PEN ENTRE EN CAMPAGNE CONTRE LE RÉVISIONNISME HISTORIQUE (ROBERT FAURISSON)

  1. Je ne sais pas qui surprendra l’attitude de Mlle Marine Le Pen. Ceux, peut-être, qii croient devoir appeler à voter pour elle au nom de la «⁣lutte contre le sionisme⁣»?

    Quelle blague!

    Aimé par 1 personne

  2. La vérité sortant de la bouche des humoristes comme de celle des enfants, on peut se contenter de l’analyse de la «⁣terrible Mérée Drante⁣»⁣:

    Vidéo AU BAL DE L’ÉLYSÉE (4 min 2 s)⁣: ⬇

    Vidéo BLUES MARINE (4 min 40 s)⁣: ⬇

    J'aime

  3. « Marine Le Pen entre en campagne »… pas que contre le révisionnisme historique.

    La terrible Mérée Drante avait réalisé deux chansons sur la campagne de Mlle Marine Le Pen en 2012.

    Vidéo AU BAL DE L’ÉLYSÉE (4 min 2 s)⁣: ⬇

    Vidéo BLUES MARINE (4 min 40 s)⁣: ⬇

    Autre œuvre de la terrible Mérée Drante…

    HISTORIASCOPIE – avec Robert Faurisson (19 min 53 s)⁣: ⬇

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s