LETTRE DE JACQUES VECKER A MICHEL ONFRAY

Résultat de recherche d'images pour "main qui écrit gravure"

NDLR (Gayssoteries) : Il y a quelques mois de cela, nous écrivions un article sur Michel Onfray et sa propension à réviser l’histoire (de la psychanalyse*) tout en refusant d’être qualifié de révisionniste (ce qu’il est, ne lui en déplaise). Nous reprochions à Monsieur Onfray d’alimenter la défiance générale qui existe à l’égard des révisionnistes de la seconde guerre mondiale tandis qu’il n’avait jamais approndi le sujet. Pourtant, n’écrivait-il pas lui-même, dans la préface de son « Crépuscule d’une idole » que les révisionnistes de l’histoire de la psychanalyse étaient à tort traités d’antisémites?

Il est peut-être temps pour Monsieur Onfray de sortir de sa léthargie intellectuelle  et de mettre son nez, comme il l’a fait pour la psychanalyse, dans ces ouvrages dont on dit qu’ils sont écrits par des antisémites. Peut-être y découvrira-t-il, comme il l’écrivait lui-même, que « […] les armes rationnelles de l’historien pèsent peu face à la foi déraisonnable de l’hystérique qui n’hésite pas à recourir aux plus graves insultes (l’insinuation de complicité avec Hitler!), pour discréditer l’adversaire, donc pour éviter un réel débat d’idées, un authentique échange de points de vue, une confrontation intellectuelle digne, une discussion posément argumentée, autant de procédures relevant de l’intersubjectivité culturelle la plus élémentaire… » 

Pourtant, que fait-il d’autre, Monsieur Onfray, sinon  discréditer l’adversaire sans avoir approndi son sujet, évitant ainsi de réèl débat d’idées et rejoignant l’hystérie qu’il dénonçait en 2010?

Notre article : https://gayssoteries.wordpress.com/pour-la-loi-gayssot/michel-onfray-soutient-la-loi-gayssot/

*Crépuscule d’une idole, éditions Grasset, 2010

Voici la lettre ouverte  Jacques Vecker adressait le 25 janvier 2017 au philosophe très en vogue Michel Onfray (J. Vecker a déjà écrit à cet auteur à deux reprises) :

Cher Michel, avec qui l’on fraie volontiers,

Que voilà lugubre réminiscence lorsque [je vous ai entendu sur la chaîne de télévision France5], le 19 janvier, dans « LA GRANDE LIBRAIRIE », au côté de Patrick Boucheron ! Malgré mes courriers abreuvés aux sources révisionnistes les plus sérieuses vous ne pouvez vous abstenir, comme par réflexe, de donner dans la propagande antigermanique. Dans un débat de haute tenue sur le sens de l’histoire voilà que vous évoquez « Le jour où on ouvre les portes du camp de concentration… » Certes, ce jour marqua les esprits mais n’a-t-on pas, depuis plus de septante années, analysé la situation du Reich à l’époque, défini les vrais responsables de l’apocalypse qui s’abattit sur lui ? N’a-t-on pas exonéré en grande partie ceux que l’on accuse du « crime ultime » (François Fillon devant le monument de la Shoah à Paris!) ?
Les images prises lors de cette libération nous blessent encore aujourd’hui mais que devaient faire les commandants de ces camps alors que de sauvages bombardements de populations civiles détruisaient les infrastructures, rendant impossible tout approvisionnement et surtout avec l’exigence de capitulation sans conditions entraînant un combat désespéré ?
Les exemples pullulent de témoignages sur des réalités moins traumatisantes, sans aller jusqu’à citer Elie Wiesel (au sujet de qui je pus écrire « L’homme qui réhabilita Hitler »). Les survivants des camps dits « de la mort » sont extrêmement nombreux. Ils apparaissent à tout instant sur nos écrans de télévision, dans les émissions radiophoniques, dans les
publications les plus diverses pour nous assener que les Allemands ont exterminé les Juifs. Ceux-ci pourtant occupent aujourd’hui la plupart des postes de commande de nos sociétés, obtiennent l’édification de monuments commémoratifs de leur « tragédie » aux quatre coins du monde et poussent la duplicité jusqu’à faire voter des lois interdisant de les critiquer et de se livrer à des recherches historiques les concernant. Les contrevenants
subissent les foudres de la loi et sont en quelque sorte bannis de la société bien-pensante.
Vous pouvez lire cependant les mémoires de Jorge Semprun. Vous y découvrez que, à la libération de Buchenwald, il s’est mis à la recherche du bibliothécaire du camp pour lui rendre des livres empruntés. Paul Rassinier, lui aussi déporté, dénonce les témoignages inexacts et fonde ce faisant le révisionnisme. Le tout à l’avenant. Peu importe que soient dénoncés régulièrement les élucubrations et les récits imaginaires de prétendus déportés, que des dirigeants internationaux reviennent sur des accusations monstrueuses (Gorbatchev avouant que le quasi-génocide de Katyn était l’oeuvre de ses camarades), que les chefs des armées alliées Eisenhower, Churchill, De Gaulle ne mentionnent pas dans leurs mémoires le gazage de six millions de Juifs (!), que le pape lui-même s’abstienne de le mentionner, rien n’y fait : Michel Onfray se réfère encore et toujours à la doxa.
Alain Soral écrivit que l’on ne pouvait pas ne pas devenir révisionniste après avoir rencontré un vrai révisionniste. Quand on a l’intelligence et l’honnêteté d’un Alain Soral peut-être, mais qu’en est-il d’un Michel Onfray, pourtant l’un des phares de la pensée contemporaine ?
Chacune de vos paroles, cher Michel, est reçue comme vérité d’Evangile par beaucoup de gens. Si vous choisissez de ne pas approfondir la question, ne pourriez-vous au moins renoncer à apporter de l’eau au moulin des défenseurs de la mystification du XXe siècle (selon le titre de l’ouvrage de Arthur A. Butz, « The Hoax of the XXth Century »)* et faire entendre la voix de Gerard Menuhin, un des Juifs les plus ardents dénonciateurs du mensonge qui publia récemment « Tell the Truth and Shame the Devil » ?

Avec l’expression de ma déférente amitié,
Jacques Vecker
Source : BOCAGE – 26 Février 2017
Publicités

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s