VINCENT REYNOUARD : « SORAL, CONVERSANO, L’ISLAM… » (VIDÉO)

mains.jpg

NDLR (Gayssoteries) : Bien que le sujet ne soit pas relatif aux questions que nous traitons habituellement, nous avons fait le choix de publier cette vidéo de Vincent Reynouard (mise en ligne ce jour) parce qu’elle illustre fort bien notre disposition d’esprit qu’il est parfois salutaire de rappeler à nos lecteurs.

Dans cette vidéo, Vincent Reynouard prend pour point de départ l’altercation physique  récente entre Alain Soral et Daniel Conversano afin d’exposer son opinion quant à la vision déformée et simpliste qu’on peut avoir lorsqu’on regarde les choses de trop près et à sa propre échelle (individuelle). Il est bon de toujours prendre un peu de hauteur, non seulement pour quitter le particulier qu’on a malheureusement tendance à généraliser mais aussi pour capter ce qui nous rassemble davantage que ce qui nous divise. Car au-delà des divisions, on peut être tout à fait surpris de réaliser, en prenant le temps de l’analyse et un certain recul, que ce qui nous rassemble est en réalité souvent plus prégnant en que ce qui nous divise.

En juillet dernier et en réaction à un échange de commentaires (1) entre un anti révisionniste et un lecteur intéressé par les travaux révisionnistes, nous avions pu surprendre par une forme de recul qui consistait non pas à entrer dans le débat (contrairement aux juges français, nous ne sommes pas qualifiés pour trancher l’histoire) mais plutôt à nous réjouir. Pourquoi nous réjouissions-nous? Parce-que nous avons perçu, en prenant de la hauteur, que ce commentateur anti révisionniste, ce lecteur et nous-mêmes étions  unis finalement dans un même besoin vital d’exercer nos intelligences. Nous avions vu dans cet échange et dans la peine prise par chacun pour argumenter un échec criant de la loi Gayssot et le signe qu’elle va contre la nature profonde de tout individu – presque à la manière d’une loi qui interdirait aux citoyens de respirer tandis que ce mécanisme répond à un besoin vital. Nous avons vu dans ces échanges, et au-delà de la division, un rassemblement des intelligences qui réclamaient le droit de se « disputer ».

Eh bien nous pensons que c’est ici la preuve que révisionnistes et anti révisionnistes peuvent être divisés sur l’histoire tandis qu’ils sont unis dans la morale et le droit. Il s’agit pour chacun de le comprendre afin que demain, qui sait, la loi Gayssot tombe sous les cris de ceux qui réclament le droit de se disputer. D’une façon tout à fait surprenante, ceux qui luttent contre ces lois absurdes, qu’ils soient révisionnistes ou anti révisionnistes, sont  rassemblés sous l’étendard d’un besoin vital : celui d’exercer l’intelligence en général, celui de la confronter à celles des autres et d’en toujours sortir, dans la victoire comme dans la défaite, grandis.


Édito : « Soral, Conversano, les Juifs, l’Islam… réflexions d’un national-socialiste »

Partant de la bagarre entre Alain Soral et Daniel Conversano, dans cette vidéo, Vincent Reynouard explique les raisons profondes pour lesquelles, bien que national-socialiste revendiqué, sa stratégie est celle de la non-haine à l’encontre de quiconque (y compris ses ennemis) et de la non-violence.

Plan de la vidéo :

– Soral/Conversano : des torts partagés
– L’extrême-droite telle que la présentent certains n’existe pas
– L’Islam tel que le présentent certains n’existe pas
– Les problèmes indéniables posés par l’immigration incontrôlée
– La juiverie telle que la présentent certains n’existe pas
– Sortir de la spirale infernale
– Pour le national-socialisme

Pour visionner l’éditorial : 

– Sur l’ancienne chaîne Youtube (si elle vous est encore accessible) : https://youtu.be/bRefVOS9Z_g
– Sur la nouvelle chaîne Youtube : https://youtu.be/pYytYKlIcl4
– Et comme toujours, très bientôt sur : wwww.sansconcessiontv.org

(Présentation par L’équipe de Sans Concession)


(1) Voici ce que nous écrivions à l’époque et que nous continuons de constater chaque jour :

Gayssoteries dit :

3 juillet 2016 à 9 h 29 min

Le présent débat est un symbole de ce que vos intelligences respectives ont le besoin viscéral et naturel de garder le débat vivant. Ce seul constat doit nous amener à considérer que la loi Gayssot ne répond pas au besoin des intelligences et de l’inclinaison toute naturelle de l’homme à nourrir ses convictions de celles, même contraires, de ses semblables.

Votre échange est un cri contre la censure qui, loin d’être efficace finalement, n’a fait que déplacer le débat dans les sphères des lieux de discussion informels. Nous trouvons ceci tout-à-fait réjouissant et il serait salutaire de voir ces intelligences se réunir sous un même étendard pour réclamer le droit de débattre ouvertement et dans les sphères officielles, réclamant ainsi le droit de ne pas être d’accord.

Les idées contradictoires sont nécessaires et ce simple échange est la preuve de ce que la loi Gayssot ne répond pas à un besoin du peuple car vous ÊTES le peuple.

Gayssoteries dit :

5 juillet 2016 à 10 h 44 min

Nous comprenons ce que vous entendez exprimer mais il n’en reste pas moins que votre contradicteur, malgré la loi qui condamne la négation du génocide (et qu’il ne désapprouve pas) a pris le temps d’intervenir dans un débat interdit officiellement puisque tranché par la majorité et sur un site (le nôtre) qui pourrait/devrait (sera?) être censuré par la loi. Au-delà des arguments qu’il avance et de tout jugement qualitatif quant à ses arguments, il a pris le temps de vous donner des liens et des arguments contradictoires mais aussi de composer des commentaires censés donner la réplique à des individus pourtant qualifiés de menteurs et de falsificateurs, or, qui prend le temps de répondre à des mythomanes avérés dont les arguments n’ont aucune valeur et relèvent de la pure affabulation ?

Ce faisant, il instaure inévitablement un débat qu’il ne peut plus condamner puisqu’il y prend part alors même que la loi Gayssot le condamne sur la base d’une incitation à la haine concernant les thèses de l’une des deux parties.

Ce seul effort est la preuve qu’il est un besoin viscéral pour l’être humain de débattre, au-delà de la censure et au-delà des lois qu’il peut malgré tout cautionner par ailleurs. Ce paradoxe est réjouissant, nous le répétons. Ainsi, et tandis que la loi veut effacer par la censure certains contradicteurs, les partisans de la thèse officielle continuent de les considérer et de tenter de les convaincre dans les sphères non officielles que la justice leur laisse bien malgré elle. C’est un point qu’il faut considérer et qui nous amène à penser que la loi Gayssot est un échec au regard des besoins fondamentaux de l’être humain mais aussi une insulte à toutes les intelligences.

Voici tout le paradoxe de la situation car, en agissant de la sorte, et en ne s’autocensurant pas devant l’expression de thèses dont ils cautionnent à priori la censure, les partisans de la thèse officielle réclament finalement à leur façon, comme les négationnistes et pour les même raisons qui tiennent aux besoins fondamentaux de l’être humain, le droit d’exprimer leur désaccord en toute liberté.

Reste à considérer également le paradoxe qui consiste à vouloir enfermer les négationnistes tout en agitant des bâtons au travers de leurs barreaux pour les asticoter tandis que le combat est inéquitable. Peut-être est-ce là une situation satisfaisante – bien que déshonorante – pour les défenseurs de la loi Gayssot ?

Publicités

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s