DISPARITION DE MARCEL DARTHOUT

DISPARITION

Vosges Matin

Jean-Marcel Darthout, survivant du massacre d’Oradour, est mort

04/10/2016 à 19:58

NDLR(Gayssoteries) :
Voir notre article sur les versions du drame d’Oradour :
En 2003, Vincent Reynouard était interrogé par Jérôme Bourbon au sujet de sa comdamnation pour sa vidéo relative au drame d’Oradour-sur-Glane (Extrait) (1) :
J.B. – Or, on pouvait penser que la grande presse aurait parlé de votre condamnation, sans développer davantage, car il est bien évident que pour la majorité des gens, dire que V. Reynouard a été condamné sous-entend que ses thèses ont été condamnées comme fausses. Je note d’ailleurs qu’interrogé le 12 décembre par la télévision régionale, Marcel Darthout – un rescapé du drame qui s’était porté partie civile – s’est félicité. Il a déclaré :

« L’important, c’est qu’il soit condamné »

ajoutant que le reste – c’est-à-dire les motifs de la condamnation et les peines infligées – était du simple « détail ». Pourquoi donc, selon vous, la presse n’a-t-elle pas repris le propos de M. Darthout ?

V.R. – Pour M. Darthout, la raison me paraît simple. Voilà un homme qui a vécu le drame (du) 10 juin et qui, face à un révisionniste, affirme : « Condamnez-le, peu importe pourquoi et à quelle hauteur, mais condamnez-le ! » Ce n’est pas la réaction d’un individu qui a la conscience tranquille. C’est plutôt la réaction du menteur inquiet qui souhaite étouffer tout débat gênant (preuve que M. Darthout est un menteur, cliquez ici (2)).
Maintenant, pourquoi la grande presse a-t-elle tu ma condamnation ? Tout simplement parce que pour en parler, il aurait fallu citer mon nom ou – au minimum – le nom d’Oradour-sur-Glane. Dès lors, des esprits curieux – il en existe encore – aurait très facilement pu, grâce à Internet ou à des librairies spécialisées, retrouver mes écrits. Et nous revenons au fait que même si je ne détiens pas la vérité à 100 %, notre critique de la thèse officielle est irréfutable.

Jean-Marcel Darthout (à droite) et Robert Hebras, en 2004, devant les ruines d'une grange à Oradou-sur-Glane. Photo archives AFP 

Jean-Marcel Darthout (à droite) et Robert Hebras, en 2004, devant les ruines d’une grange à Oradou-sur-Glane. Photo archives AFP

L’un des deux derniers survivants du massacre par des SS d’Oradour-sur-Glane, qui avait fait 642 morts (dont 247 enfants) en juin 1944, Jean-Marcel Darthout, est décédé ce mardi à l’âge de 92 ans.

Jean-Marcel Darthout était avec Robert Hébras, 91 ans, le dernier survivant du plus important massacre de civils perpétré par les nazis en France: un homme exemplaire « qui a œuvré toute sa vie pour que personne n’oublie ce que la barbarie peut causer », a indiqué Philippe Lacroix, le maire de la commune de Haute-Vienne.

Six personnes avaient survécu au massacre à l’époque

Le 10 juin 1944, les soldats de la division SS Das Reich remontant vers le front en Normandie avaient tué 642 habitants. Dans l’ancienne église, plus de 450 femmes et enfants avaient été enfermés et brûlés vifs. Séparés en groupes, les hommes, eux, avaient été mitraillés dans des granges, avant que le village ne soit entièrement incendié.

Jean-Marcel Darthout, blessé par balles aux jambes et grièvement brûlé, n’avait dû son salut, comme Robert Hébras, qu’au fait d’être tombé sous les corps de camarades. Laissés pour morts, ils avaient réussi à s’extraire de la grange malgré l’incendie, et se cacher toute la journée. Six personnes avaient à l’époque survécu au massacre.

« Quand je raconte… c’est que j’y suis encore »

« J’ai toujours eu beaucoup de chance dans la vie, et ça a commencé ce jour-là », avait-il l’habitude de dire. S’il n’avait jamais fait défaut à son devoir de mémoire, il évitait de raconter par trop le drame. « Quand je raconte… c’est que j’y suis encore », avait-il confié en 2013.

Darthout et Hébras avaient accompagné le président allemand Joachim Gauck avec François Hollande à Oradour, pour la première visite d’un dirigeant d’Outre-Rhin dans ce « village martyr ». L’ancien village d’Oradour n’a jamais été rebâti ou repeuplé, un nouveau a été construit un peu plus loin.

AFP


(source : http://www.vosgesmatin.fr/actualite/2016/10/04/jean-marcel-darthout-survivant-du-massacre-d-oradour-est-mort)

(1) Source : http://sansconcessiontv.org/phdnm/18-novembre-2003-premier-proces-pour-oradour/

(2) NDLR  : Le lien est inactif sur la page source. Nous l’ajouterons ultérieurement.

Publicités

Une réflexion sur “DISPARITION DE MARCEL DARTHOUT

  1. Autre point de vue (du chef de la Résistance) sur Oradour:

    «⁣[…] la guerre de l’intérieur est devenue efficace. L’adversaire le confirme par de cruelles représailles.⁣» (…) «⁣Quant aux Allemands, leurs garnisons, assaillies, surmenées, coupées les unes des autres, vivent dans une angoisse permanente. Leurs isolés sont tués ou pris. Leurs colonnes ne peuvent se déplacer sans être accrochées à chaque pas. Ils réagissent par le massacre et l’incendie, comme à Oradour-sur-Glane, à Tulle, à Asq, à Cerdon, etc.⁣»
    – Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, tome Ⅱ (L’Unité:1942-1944), ch. Combat, Plon, Paris, 1956.

    Un point de vue révisionniste: Tabou №5.

    Révolution française⁣: silence sur le génocide vendéen (19 min 21s)⁣: ⬇

    La Vendée et la Bretagne ne furent que les plus martyrisées de nos provinces. Marseille, Lyon, Nantes, Bordeaux ou Toulon ne furent elles aussi que d’autres éminentes victimes dont les souffrances ne sont point sacralisées par la République française. En Provence, à Bédoin, plus de soixante malheureux furent massacrés pour venger un totem révolutionnaire (un «⁣arbre de la Liberté⁣») et le village fut incendié, les habitants survivants se voyant interdire d’y revenir (décision annulée après Thermidor). La Révolution fut la période la plus meurtrière de notre histoire.

    Quelques massacres d’Allemands:

    Nemmersdorf (1 min 35 s)⁣: ⬇

    Hell Storm (Gayssoteries).

    Massacre de Deïr-Yassine (Wikipedia en anglais, Israël Palestine) du 9-Ⅳ-1948, massacre de My-Laï (16-Ⅷ-1968 article du Daily Mail)…

    L’oubli pour certains, le ressassement d’autres.

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s