LES SUITES DE L’AFFAIRE WIESEL (VIDEO)

JT intelligent 55, Jean Robin, 4 Juillet 2016

Dans cette vidéo, Jean Robin déclare ceci (à partir de 4:22):

« C’est dans une des ses vidéos qu’il a parlé de cette histoire d’Elie Wiesel [Alain soral, ndlr],  sans mentionner Niklos Grüner, donc moi j’ai fait mon enquête et j’ai trouvé qu’il y avait eu ce déporté donc je me disais : »bon, c’est pas quelque chose qui est colporté simplement par les négationniste et…, donc, ça mérite une enquête! » Parce qu’après tout, si les négationnistes en font leur beurre, j’ai bien envie de leur couper l’herbe sous le pied : soit en démontrant que Elie Wiesel ne ment pas, soit en démontrant qu’il ment, mais, donc, s’il ment, c’est le mensonge d’un homme. On ne peut pas s’en servir pour mettre en cause la Shoah, puisque  c’est pas la même chose. Dans mon esprit, Elie Wiesel, ce n’est pas la Shoah, d’accord, mais dans l’esprit des négationnistes, Elie Wiesel, c’est la Shoah, c’est la même chose! Si vous critiquez l’un, vous critiquez l’autre! Si vous niez l’un, vous niez l’autre! »

Puis ceci (à partir de 16:34) :

« Est-ce que vous n’avez toujours pas compris que Dieudonné et Soral étaient les enfants de la loi Gayssot? C’est vous qui les avez enfantés en soutenant cette loi inique, liberticide et stalinienne. Et aujourd’hui vous les montrez du doigt : « Salauds! Antisémites! Négationnistes! ». Ah bon? Mais vous, vous n’avez jamais aucune responsabilité. Evidemment! Là, vous assimilez Elie Wiesel et la Shoah. donc, vous faites comme les négationnistes.  Vous dites : « Si Wiesel dit faux, la Shoah n’existe plus »[…] mais vous pensez défendre quoi? la Shoah? Non, vous défendez les négationnistes les amis! »

Trois remarques : 

1 – Le mensonge d’un homme

« si les négationnistes en font leur beurre, j’ai bien envie de leur couper l’herbe sous le pied, soit en démontrant qu’Elie Wiesel ne ment pas, soit en démontrant qu’il ment, mais, donc, s’il ment, c’est le mensonge d’un homme. On ne peut pas s’en servir pour mettre en cause la Shoah« .

Il est évident que le mensonge d’un homme ne peut discréditer la réalité de la Shoah (entendre par là la volonté d’extermination du peuple juif par les nazis au moyen de chambres à gaz homicides). Le considérer serait absurde et malhonnête. En revanche, il est tout-à-fait légitime de se « servir » des faux témoignages pour mettre en cause et en partie l’histoire de la Shoah puisque les témoignages sont parmi les éléments de preuve (nous espérons ne pas l’apprendre à Monsieur Robin) qui ont grandement contribué à faire condamner les dignitaires nazis lors des procès de Nuremberg. Ce sont des témoignages qui ont, en grande partie, permis d’attester la réalité du génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. De fait, si  les chambres à gaz sont considérées comme une propagande de guerre par les négationnistes, les faux témoignages avérés sont autant de pièces de leur puzzle (sans toutefois le constituer entièrement bien sûr) comme elles peuvent l’être pour un avocat de la défense qui aurait à prouver l’innocence d’un homme accusé de meurtre.

Jean Robin cite Alain Soral comme exemple de négationniste, hors Alain Soral, qu’il soit convaincu ou non par les thèses négationnistes, ne saurait être autre chose qu’un lecteur convaincu puisqu’il n’a pas enquêté ni proposé de travaux personnels sur la question des chambres à gaz homicides et du génocide des Juifs. Quant aux autres négationnistes dont il est question, Jean Robin ne donne aucun nom. S’agit-il de lecteurs convaincus ou de ce qu’on pourrait appeler les « négationnistes d’investigation »? S’agit-il de Dieudonné qu’il cite plus loin dans la vidéo? On ne le saura pas.

Lorsqu’on parle d’histoire on a pour habitude de citer les historiens et non pas leurs lecteurs, leurs adeptes ou leurs « fans ». Pourquoi alors ne pas citer Monsieur Robert Faurisson ou  Monsieur Vincent Reynouard (les deux principaux représentants du négationnisme en  france qui ont, eux,  enquêté sur la question de la Shoah) ?

2 – Nier l’un c’est nier l’autre

« Dans mon esprit, Elie Wiesel, ce n’est pas la Shoah, d’accord, mais dans l’esprit des négationnistes, Elie Wiesel, c’est la Shoah, c’est la même chose! Si vous critiquez l’un, vous critiquez l’autre! Si vous niez l’un, vous niez l’autre! »

Où, comment et quand les négationnistes d’investigation ont-ils affirmé que l’imposture d’Elie Wiesel serait la preuve de l’inexistence du génocide des Juifs?

Où, comment et quand les « négationnistes d’investigation » ont-ils écrit ou déclaré que le « mythe » des chambres à gaz tomberait si le mythe d’ Elie Wiesel tombait?

Nulle part, en aucune manière, jamais.

Monsieur Jean Robin n’incrimine pas les négationnistes d’investigation mais seulement Alain Soral et les négationnistes « en général ». Il définit les règles du jeu en choisissant pour adversaire  : Alain Soral et autres anonymes dont on ne pourra pas juger s’ils ont dit ou écrit ce qu’il prétend puisqu’il ne les nomme pas. Peut-être ce duel est-il posé de la sorte parce qu’il n’est pas en mesure d’affirmer que les « négationnistes d’investigation » voient en la personne d’Elie Wiesel le socle unique et ultime de l’histoire de la Shoah? Peut-être ne se risque-t-il pas davantage parce-que les négationnistes d’investigation ont fourni quantité de démonstrations personnelles qui exigeraient, s’il voulait les contredire, qu’il enquête à son tour au risque de ne pas trouver ce qu’il croit y trouver mais aussi de devoir en faire le rapport sincère et honnête?

L’Histoire de la Shoah repose en grande partie sur les témoignages. Il est donc aisé de comprendre que les défenseurs de l’histoire officielle les défendent  tandis que les négationnistes, à la lumière de leurs propres investigations, les analysent avec circonspection (car ceux-ci infirment leurs conclusions). Lorsqu’on lit les travaux révisionnistes (et non pas ceux d’Alain Soral qui n’existent pas), il apparaît que ce ne sont pas les témoignages qui feraient tomber l’histoire officielle mais bien des questions d’ordre purement matériel. La chute des rescapés imposteurs n’est qu’un dommage collatéral des conclusions négationnistes et ne constitue ni leur point de départ, ni la seule matière de leur démonstration. Si les témoignages alimentent leurs travaux, ce n’est qu’au regard de ce qu’ils entendent comme matériellement impossible et non pas l’inverse. Si les négationnistes commentent et contredisent certains témoignages, ce n’est pas parce qu’ils leur permettent de nier la Shoah mais parce-qu’ils ne cadrent pas avec leurs conclusions déjà établies et qui consistent à affirmer que les chambres à gaz homicides sont une propagande de guerre. Alain Soral, fût-il convaincu par les thèses négationnistes , n’est en aucun cas leur figure de proue ou leur porte-parole, de la même façon qu’un lecteur convaincu par les travaux de Darwin ne saurait en être le porte parole.

C’est une insulte au travail d’investigation des révisionnistes que de prétendre leur « couper l’herbe sous le pied » en donnant la réplique à quelqu’un qui n’a fourni aucun travail sur le sujet. Monsieur Robin conviendra qu’il serait fantaisiste qu’un contradicteur prétende lui « couper l’herbe sous le pied » sur les seules déclarations d’un fervent convaincu de ses propres travaux. S’il ne s’agit ici que de contredire Alain Soral (et Dieudonné), il serait bien de le dire sans faire mention d’autres obscures et anonymes négationnistes : la chose serait entendue et la cible clairement définie pour le spectateur qui, à défaut,  aura le travers de penser que tous les négationnistes sont d’accord avec Monsieur Soral*.

Cette déclaration n’est autre que celle d’un convaincu par l’histoire officielle à l’attention d’un autre convaincu (s’il en est) par les thèses négationnistes. A monsieur Jean Robin, à présent, d’enquêter sur la Shoah pour « couper l’herbe sous le pied » des « négationnistes d’investigation » et élever le débat de sorte que ce soit le journaliste d’investigation qui s’exprime et non le simple citoyen qui règle ses comptes avec un autre citoyen dans une ambiance de discussion de comptoir.

3 – Les enfants de la loi Gayssot

« Est-ce que vous n’avez toujours pas compris que Dieudonné et Soral étaient les enfants de la loi Gayssot? C’est vous qui les avez enfantés en soutenant cette loi inique, liberticide et stalinienne. Et aujourd’hui vous les montrez du doigt : « Salauds! Antisémites! Négationnistes! ». Ah bon? Mais vous, vous n’avez jamais aucune responsabilité. Évidemment! Là, vous assimilez Elie Wiesel et la Shoah. donc, vous faites comme les négationnistes.

Nous rejoignons cette analyse de Jean robin puisque nous voyons dans la loi Gayssot le terreau d’un antisémitisme qu’elle a pu faire croître dans ses formes larvées mais qu’elle a également pu créer de toutes pièces dans les esprits de certains qu’elle a châtiés pour avoir déclaré ce qu’ils croyaient être vrai ou faux. Cette loi, qui a la prétention de sonder les esprits en les déclarant coupables d’incitation à la haine ne fait rien d’autre que combattre d’un côté ce qu’elle contribue à créer et alimenter de l’autre. Elle est à l’image d’un serpent qui se mord la queue sans jamais réaliser qu’il finira par s’auto dévorer.

En outre, nous ne saurons trop conseiller à Jean Robin de ne pas trop se perdre en plaidoiries quant à l’antisémitisme dont on l’accuse. Rien ne saura le disculper dans ce jeu des passions qui a pris le pas sur la raison, dans ce jeu des suspicions qui a pris le pas sur la force de la démonstration raisonnable (les lois antiracistes et mémorielles mais aussi les associations de lutte contre le racisme ont une  grande part de responsabilité dans cette regrettable et délétère situation). Il est toujours préférable et plus noble de s’en tenir à affirmer ce que l’on est plutôt que ce que l’on est pas.

Enfin, nous rappelons ce que nous avons déjà exprimé à plusieurs reprises : être un défenseur d’Israël ne saurait constituer une preuve de ce que l’on est pas antisémite (puisque Monsieur Robin utilise cet argument). En effet, tout antisémite pourrait se montrer  prompt à défendre Israël en ce qu’elle constitue une réponse plutôt satisfaisante à sa volonté de tenir les Juifs qu’il n’aime pas à bonne distance.  Farouche antisémite, Hitler n’était-il pas lui-même pour la création d’un État Juif ? L’antisémitisme est tout-à-fait compatible avec le pro-israélisme.

(Voir nos conseils de lecture sur le sionisme : https://gayssoteries.wordpress.com/conseils-de-lecture/sionisme/)

 


* Nous ne sommes pas allés vérifier si Alain Soral avait déclaré Elie Wiesel comme la seule fondation de l’histoire officielle – fondation sans laquelle toute l’histoire s’écroulerait d’un bloc. Il appartient à Jean Robin d’apporter les preuves de ses assertions, aussi, ceci n’apporte rien à la question qui nous occupe.

Publicités

4 réflexions sur “LES SUITES DE L’AFFAIRE WIESEL (VIDEO)

  1. « C’est dans une des ses vidéos qu’il a parlé de cette histoire d’Elie Wiesel [Alain soral, ndlr], sans mentionner Niklos Grüner, donc moi j’ai fait mon enquête et j’ai trouvé qu’il y avait eu ce déporté donc je me disais : »bon, c’est pas quelque chose qui est colporté simplement par les négationniste et…, donc, ça mérite une enquête! » Parce qu’après tout, si les négationnistes en font leur beurre, j’ai bien envie de leur couper l’herbe sous le pied : soit en démontrant que Elie Wiesel ne ment pas, soit en démontrant qu’il ment, mais, donc, s’il ment, c’est le mensonge d’un homme. On ne peut pas s’en servir pour mettre en cause la Shoah, puisque c’est pas la même chose. Dans mon esprit, Elie Wiesel, ce n’est pas la Shoah, d’accord, mais dans l’esprit des négationnistes, Elie Wiesel, c’est la Shoah, c’est la même chose! Si vous critiquez l’un, vous critiquez l’autre! Si vous niez l’un, vous niez l’autre! »

    Les révisionnistes n’ayant pas le contrôle des moyens de communication, c’est aux institutions qu’il convient de reprocher d’avoir si malencontreusement choisi Élie Wiesel pour symbole de la “Shoah”, ainsi que l’on peut s’en assurer, par exemple, sur le site officiel de la Maison Blanche. Et à la grande presse. Donc à des antirévisionnistes.

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s