UN BLOGUEUR CONDAMNE POUR NEGATIONNISME

Ni chambres à gaz ni Holocauste : un blogueur condamné à 2 mois avec sursis pour négationnisme

Edité par Audrey LE GUELLEC avec AFP
le06 juillet 2016 à 16h55 , mis à jour le06 juillet 2016 à 17h30.

Temps de lecture
2min

Justice marteau juge tribunal procès prétexte illustration

Notre société

Le responsable d’un blog a été condamné ce mercredi à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour contestation de crime contre l’Humanité. Il avait publié des contenus niant l’existence des chambres à gaz pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les deux articles avaient été publiés en 2014 et 2015, le second étant titré « Chambres à gaz : aucune preuve à ce jour ». Le responsable d’un blog a été condamné ce mercredi à deux mois de prison avec sursis pour contestation de crime contre l’Humanité. Outre ces articles, l’intéressé avait mis en ligne des commentaires niant également l’existence des chambres à gaz pendant la Seconde Guerre mondiale.

LIRE LA SUITE : http://lci.tf1.fr/france/societe/ni-chambres-a-gaz-ni-holocauste-un-blogueur-condamne-a-2-mois-avec-8762658.html

Publicités

5 réflexions sur “UN BLOGUEUR CONDAMNE POUR NEGATIONNISME

  1. L’article complet souligne la « gravité » des propos incriminés, tous impliquant qu’il n’y aurait pas eu de chambres à gaz, ni d’Holocauste, ni six millions de Juifs tués ni d’extermination.

    Il n’existe aucune autre période de l’histoire pour laquelle une version soit imposée. À elle seule cette anomalie me suffit à estimer violemment injuste cette décision. Il est d’ailleurs remarquable qu’on veuille généraliser cette sorte de «⁣délit⁣» [article du site Gayssoteries]. Appliquées rigoureusement, de telles lois interdiraient toute recherche historique sur tout sujet; appliquées comme l’est aujourd’hui la loi Fabius-Gayssot, elles aboutiront à faire condamner les révisionnistes et à honorer les antirévisionnistes quand bien même ils utilisent les mêmes arguments. Des antirévisionnistes se trompant ou se contredisant ne risqueront rien (heureusement, sinon plus personne n’oserait prendre le risque de se tromper) mais des révisionnistes ne se servant que d’arguments incontestés seront traînés devant les tribunaux. En réalité ces lois indignes font de nous des mineurs incapables de juger par eux-mêmes. C’est l’argument repris par M. Daniel Cohn-Bendit et rapporté par Le Libre Penseur qui propose cette vidéo intitulée Daniel Cohn-Bendit «Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison» (1 min 5 s)⁣: ⬇

    Il est certain que, si, pour rendre la parole au peuple, on parle pour lui, on n’aura pas à craindre ce que l’on entendra…

    En réalité tout antirévisionniste sérieux doit bien reconnaître la nécessité de tenir compte des critiques du camp adverse, donc de le laisser s’exprimer.
    Les révisionnistes «⁣ont soulevé des questions qui ont eu pour effet d’engager des historiens dans de nouvelles recherches. Ils ont obligé à rassembler davantage d’informations, à réexaminer les documents et à aller plus loin dans la compréhension de ce qui s’est passé.⁣»
    – Raul Hilberg (le plus éminent antirévisionniste), Le Nouvel Observateur (3/9-Ⅶ-1982), p 7.

    Peut-être aussi faudrait-il être assez charitable pour rappeler à MM. et MMme les juges que ce qu’ils proclament incontestable n’est que ce qu’ils croient connaître de l’histoire, matière qu’ils ne connaissent pas. Ainsi le mot Holocauste ou la thèse d’un programme d’extermination des Juifs par le Ⅲe Reich sont-ils selon eux incontestables, alors que le mot Holocauste est généralement récusé par les antirévisionnistes en France et par nombre des plus grands dans le monde (dont Hilberg, justement), de même que l’existence de ce programme d’extermination qu’ils prétendent incontestable au point de condamner des contestaires (voir cet article).

    La loi Fabius-Gayssot nous dévoile que certains, perdus dans d’insondables abîmes d’une ignorance historique qui exige la condamnation de propos dont la véracité n’a pas même à être examinée, parviennent à obtenir que les tribunaux de la République française prononcent d’aussi aberrantes décisions.

    J'aime

    • Nous vous rejoignons car il s’agit de bon sens mais le bon sens se heurte à une invective juridique car : le véritable nœud du problème réside dans le fait que la loi Gayssot ne prétend pas (officiellement) discuter l’histoire (ni dans un sens, ni dans l’autre) mais prévenir le racisme et les incitations à la haine à laquelle elle a honteusement rattaché le négationnisme (c’est d’ailleurs pourquoi la loi Pleven – total flou législatif- est à combattre avec la même force que la loi Gayssot : elles sont interdépendantes). Le cerveau bien fait pensera qu’il suffit de démontrer sa vérité pour avoir gain de cause tandis qu’en réalité toute défense sur cette base est parfaitement inutile puisqu’il ne s’agit pas de condamner le négationniste pour mensonge, erreur ou falsification mais pour « incitation à la haine » et ce sur la seule base de sa conclusion. C’est aussi la raison pour laquelle les « anti-négationnistes » ont toute latitude pour se tromper, mentir et falsifier sans être jamais inquiétés : leurs conclusions n’incitent pas à la haine. La loi Gayssot a défini de façon très élastique ce qui relevait de l’incitation à la haine. Aujourd’hui, le négationnisme en fait partie. Cette loi est un outil politique utile aujourd’hui mais demain, qui sait…. ?

      J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s