ÉLIE WIESEL EST DÉCÉDÉ

Mort d’Elie Wiesel, rescapé de la Shoah et prix Nobel de la paix

LE MONDE | 02.07.2016 à 22h01 • Mis à jour le 03.07.2016 à 03h43

image: http://s1.lemde.fr/image/2016/07/02/534×0/4962656_6_5ee6_elie-wiesel-en-mai-2010_9a6b38c552def4955bc7bd628156d124.jpg

Elie Wiesel en mai 2010.

L’écrivain Elie Wiesel, qui avait reçu le prix Nobel de la paix en 1986, est mort samedi 2 juillet à l’âge de 87 ans, a annoncé le mémorial israélien de Yad Vashem.

Rescapé de la Shoah, il a souvent dénoncé la responsabilité des dirigeants qui « savaient » le sort des juifs déportés, notamment Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill. En 1979, le président américain Jimmy Carter lui avait montré les photos prises, fin 1942, par des avions militaires américains survolant Auschwitz.

Au cours de sa vie, il s’est engagé pour de multiples causes car il avait « fait un vœu » après la guerre.

« Que toujours, partout où un être humain serait persécuté, je ne demeurerai pas silencieux. »

Souvenirs de déportation

Né le 30 septembre 1928 à Sighet, en Roumanie (alors Transylvanie), Elie Wiesel est déporté à 15 ans à Auschwitz-Birkenau, en Pologne occupée par les nazis. Sa mère et sa plus jeune sœur sont assassinées dans ce camp. Son père meurt devant lui à Buchenwald (Allemagne) où ils ont ensuite été transférés.

A sa sortie en 1945, il est recueilli en France par l’œuvre juive de secours aux enfants (OSE) et y vit jusqu’en 1956. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il devient journaliste et écrivain. Le romancier François Mauriac préface son premier roman La nuit (1958), basé sur ses souvenirs de déportation. Cet ouvrage sera suivi d’une quinzaine d’autres (en français, en anglais, en hébreu et en yiddish), de trois pièces de théâtre et de nombreux essais.

Refus de présider Israël

Citoyen américain depuis 1963, Elie Wiesel a longtemps occupé la chaire en Sciences humaines de l’Université de Boston et partagé sa vie entre les Etats-Unis, la France et Israël. En 2006, Elie Wiesel a refusé la présidence de l’Etat hébreu arguant qu’il n’était « qu’un écrivain ».

En France, Elie Wiesel a été décoré en 1984 de la Légion d’honneur, avant d’être fait Grand officier en 1990, puis Grand-croix en 2001. Il a également reçu la médaille d’or du Congrès américain pour son travail à la tête de l’Holocaust Memorial Council des Etats-Unis. Il est par ailleurs chevalier commandeur honoraire de l’Ordre de l’Empire britannique.

« Exemple d’humanité »

Le président américain Barack Obama a salué la mémoire d’un « ami », « de l’une des grandes voix morales de notre temps , et à bien des égards , la conscience du monde ». M. Wiesel ne se battait pas uniquement contre l’antisémistisme a rappelé le locataire de la Maison blanche, soulignant son engagement contre la haine, la bigoterie et l’intolérance sous toutes ses formes.

 

LIRE LA SUITE : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/07/02/mort-d-elie-wiesel-rescape-de-la-shoah-et-prix-nobel-de-la-paix_4962652_3382.html

Publicités

Une réflexion sur “ÉLIE WIESEL EST DÉCÉDÉ

  1. Un cas emblématique.

    Chef de file des antirévisionnistes en France, Pierre Vidal-Naquet avait dénoncé sèchement («⁣il raconte n’importe quoi⁣») Élie Wiesel pour son livre intitulé La Nuit.

    Wiesel fait partie des cas que Mme Anne Kling a évoqués dans Menteurs et affabulateurs de la Shoah (Éditions Mithra, 2013), ouvrage dont la recension par Mme Camille Gallic parut sur le site Polemia.

    Lorsqu’il s’agit des milliers de Français et des millions d’Allemands abattus, lynchés, torturés à mort, ou morts de toutes les morts possibles, après la retraite ou même après la défaite des armées du Ⅲe Reich, est-on si léger dans le choix des «⁣passeurs de mémoire⁣»? Non: lorsqu’il s’agit de la mémoire de ces victimes-là, il n’y a rien, sinon l’amnésie.

    Par respect envers les souffrances de toutes les victimes, mais aussi par respect envers les victimes juives elles-mêmes, et aussi envers les souffrances de la famille d’Élie Wiesel et celles qu’il endura lui-même, on n’aurait jamais dû faire de lui le symbole qu’il est devenu.

    Que M. Barack Obama et tant de journalistes aient cette attitude qu’on leur voit est révélateur, hélas.

    Remarquons toutefois que l’assertion d’Élie Wiesel selon laquelle Churchill et Roosevelt (et Staline, et…) ne pouvaient rien ignorer du sort des Juifs est exacte, et cependant leur réaction ne fut pas celle qu’on aurait pu attendre. Leur passivité est stupéfiante, proprement. Ils ont réagi comme s’ils ignoraient alors qu’ils ne pouvaient rien ignorer, justement.

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s