SURVIVANT DE L’HOLOCAUSTE : NOUVEL IMPOSTEUR

A Holocaust imposter? Pa. man lied about Auschwitz imprisonment and escape, historian says

By Colin Deppen | cdeppen@pennlive.com

Email the author |
in June 09, 2016 at 11:33 AM, updated June 09, 2016 at 6:02 PM

holocauste impostor.png

For years, Joseph Hirt has traveled the country telling of his escape from Auschwitz as a wildly emaciated « 60-pound skeleton with skin » who slipped beneath an electric fence to freedom and later to a new life in America.

The Adamstown, Pa. resident has spoken at schools and libraries, in roundtables and to newspaper reporters, time and time again.

But during a recent presentation to a group in upstate New York, a skeptic emerged from within his usual audience of admirers.

Joseph Hirt
Joseph Hirt was born in Poland and has long claimed he was taken prisoner by the Nazis in 1941 in Belgrade. Now, a historian and a member of Hirt’s own family are calling his account a lie. (Terry Hartzell) 

Now, that skeptic says his research shows that much of the 90-year-old’s harrowing story is a lie.

That man is Andrew Reid, a local history teacher in Turin, N.Y., who on April 15 attended Hirt’s lecture in nearby Lowville. He was excited to hear a gripping firsthand account of Hirt’s life in, and eventual escape from, a Nazi death camp, he said.

But Reid was instead struck by discrepancies in Hirt’s version of events and in the evidence Hirt provided in support of his claims. Hirt’s nephew has since acknowledged his story as a lie. Hirt, meanwhile, stood by his claims when reached for comment by the Reading Eagle.

In researching Hirt, Reid concluded he lied about being imprisoned at Auschwitz, escaping from the camp and about his face-to-face encounters with the likes of Josef Mengele, the Nazi « Angel of Death. »

For example, Reid says:

• Hirt claims to have been captured by Nazis and sent to Auschwitz in 1941. He has said in various accounts that he escaped from Auschwitz in March 1942 – specifically, March 31, 1942, which he remembered because it was his father’s birthday.

• However, the prisoner number tattooed on Hirt’s upper left forearm belongs to a Polish person who entered Auschwitz in 1944, Reid says, citing officials at the Auschwitz-Birkenau State Museum. Those same officials confirmed this information to PennLive on Thursday.

• The U.S. Holocaust Memorial Museum website also says the practice of placing tattoos on the inside of the upper left forearm of Auschwitz prisoners, where Hirt’s is located, did not begin until 1943, years after he claims to have arrived.

• As for Hirt’s escape, Reid said officials at the Auschwitz-Birkenau State Museum told him that there was only « one escape recorded in the months surrounding Mr. Hirt’s alleged date of escape, and that person was not Mr. Hirt. » This was also confirmed to PennLive.

• There is also the photo frequently displayed by Hirt at his speaking engagements which he claims was taken by an Auschwitz guard and which shows him emaciated and on a stretcher shortly before his escape in 1942. However, that photograph, according to Reid, was actually taken by a U.S. soldier liberating another concentration camp in another country in 1945.

Reid says the photo, viewable here, was taken by Mickey Martins, a member of the 42nd Infantry « Rainbow » Division of the U. S. Army which liberated Germany’s Dachau concentration camp in 1945.

Hirt’s wife declined to comment on the allegations when reached by PennLive Wednesday, saying Hirt had recently been hospitalized.

Reid also declined comment, directing a reporter instead to a painstaking chronicle of his research which he emailed to media outlets earlier this week.

That correspondence includes critical quotes from members of Hirt’s own family who dismiss his Auschwitz claims as false.

« The stories … are complete fabrications with regard to the Auschwitz stuff, » Michael Hirt, a nephew of Joseph’s, is quoted as saying.

« When I confronted him, he basically claimed that the stories were taken out of context, or that the authors fabricated the stories. Of course I do not believe this … Perhaps he might be shamed into stopping, although of course the damage is already done. »

When contacted by PennLive, Michael Hirt confirmed that he made those statements. He also said his uncle has been ostracized by his immediate family because of his claims, and was estranged from some family members even before he started making them.

« The story-telling was just icing on the cake, » Michael Hirt said, adding that he has only seen his uncle twice in 25 years and does not know him to have any pre-existing mental illness or condition that could explain away his Auschwitz account.

Michael Hirt also said his uncle has added « several years to his real age, » and is closer to 85 or 86.

In investigating the elder Hirt’s claims, Reid said he consulted officials at the Auschwitz-Birkenau State Museum in Poland, as well as the Simon Wiesenthal Center in Los Angeles.

Aaron Breitbart, senior researcher at the Center, a museum and charity focusing on racism in America and the history of the Holocaust, told PennLive that while unwilling to formally « confirm or deny the claims of those who say they were Auschwitz survivors, » the information on Hirt presented to him by Reid, « certainly raised my eyebrows. »

Much of Reid’s « debunking » involves a closer look at the dates and historical timelines presented by Hirt, ones Reid says were easily cross-checked. As for why no one has tried before, Reid says the answer is simple: « Who would suspect someone of making such extraordinary claims about such a topic? »

Dr. Joseph Hirt

LIEN :  https://fr.scribd.com/doc/315267065/Dr-Joseph-Hirt

https://www.scribd.com/embeds/315267065/content?start_page=1&view_mode=scroll&show_recommendations=true

Reid also dismisses Hirt’s claim of a face-to-face encounter with Dr. Josef Mengele at Auschwitz before March of 1942, saying « it is well-documented that Mengele did not arrive at Auschwitz until May 1943, » more than a year later. The information is attributed to an official at the Auschwitz-Birkenau State Museum who confirmed it in an email to PennLive on Thursday.

« I want to be clear, » Reid cautions, « I am not a Holocaust denier. In fact, the man who hired me for my first teaching job many years ago was a survivor of the Bergen-Belsen concentration camp, and it is partly in his memory and for the preservation of the truth of what millions of people endured that I have taken upon myself the task of exposing Mr. Hirt’s shameful deception. It is my hope that Mr. Hirt will voluntarily recant his fraudulent claims and cease his public presentations. »

Others, including Hirt’s nephew, fear the damage is already done.

« In spite of his desire to ‘do good,’ his exposure as a fraud fuels the fire of those who would say the holocaust was a fabrication, » Michael Hirt told Reid. « Perhaps his stories are therapeutic to him. I honestly do not know. »

Michael said he is unsure of why his uncle would lie in the first place, adding « He’s got a great story to tell without making stuff up. »

That story includes the elder Hirt’s escape from Europe during World War II with his family and their arrival in the United States as one of the 982 refugees granted « guest » status at the Emergency Refugee Shelter at Fort Ontario in Oswego, N.Y. in 1944.  

Reid, citing members of the family, says Hirt and his siblings were born and lived in Horodenka, Poland — now Ukraine — and fled with their parents from Poland to Belgrade, Yugoslavia in 1939, just before the Germans invaded.

In 1941 they fled Belgrade for Fiume, Yugoslavia as the war expanded, later crossing the Adriatic Sea and settling in and around Rapino, Italy.

While in Italy they remained in hiding for much of the time in the nearby mountains, Reid explained, and the family remained intact when the Allied armies liberated the southern part of Italy in 1944, rescuing them. Michael Hirt confirmed this account. He also said there were numerous distant relatives who perished in Nazi-run camps.

« The fact that he [Joseph Hirt] is one of less than 1,000 people to have been taken in by the U.S. during this episode of history – very few of whom are still alive – is in itself an amazing story, » Reid added.

But Reid says Hirt’s historical embellishments did not end with the family’s arrival in the U.S., and included his claims of befriending Eleanor Roosevelt at the Oswego, N.Y. refugee shelter and of using her to secure his family’s path to residency in the U.S. Michael Hirt says it may have been possible that his uncle and the first-lady crossed paths there, but that « I have no evidence of this. »

Reid also said Hirt falsely claimed that he attended the 1936 Olympics in Germany and was sitting close enough to hear Hitler disparage gold medalist Jesse Owens, something a growing number of historians now say never happened.

Michael Hirt says he now « half-believes » that his uncle was there, explaining « He [Joseph] has a still-living cousin in South America (Uruguay) that I visited about 13 years ago, and she mentioned having attended the olympics with my uncle Joe. »

As for the claims he says are false, Michael Hirt has raised them with some of Joseph Hirt’s siblings, and even with Joseph himself.

« I called him several weeks ago, I suppose, after corresponding with Andrew Reid, and I confronted uncle Joe, » Michael said. « His response to me was that ‘if a reporter had written those things in the newspaper then they’ve misquoted or misrepresented me.' »

When pressed on a photo of the prison tattoo he claims was given to him at Auschwitz, Michael said his uncle denied its existence.

« He said if there was a photo of him with a tattoo it was a faked photo, » Michael said.

« He would not own up to it, » the nephew added.

« He was in complete denial. »

UPDATE: This article has been updated to include a relative’s claim that Joseph Hirt is actually 85 or 86-years-old, not 90 as he has previously claimed. 


Source : http://www.pennlive.com/news/201/06/a_holocaust_imposter_pa_man_li.html

Publicités

9 réflexions sur “SURVIVANT DE L’HOLOCAUSTE : NOUVEL IMPOSTEUR

  1. Le site Mounadil al Djazaïri a publié dès le 11 juin une traduction en français de l’article de Mlle Lindsay Blest traitant de cette affaire et paru le 9 sur le site états-unien Lancaster On Line (source: Mounadil al Djazaïri). Les commentaires ajoutés par Mounadil al Djazaïri n’engagent que ce site, mais la traduction est remarquable en ce qu’elle est vraiment en français, et non en franglais, au contraire de ce qu’on voit dans la presse politiquement correcte.

    Si l’on propose le nom Joseph Hirt à un moteur de recherche, on obtient une liste fort impressionnante, et vraisemblablement pas exhaustive, des « témoignages » accordés par ce témoin bien particulier.

    J'aime

    • • Le site internet du musée mémorial états-unien de la Shoah affirme également que la pratique de faire leur tatouage aux détenus d’Auschwitz à l’intérieur de la partie haute de l’avant-bras gauche, endroit où se trouve celui de M. Hirt, ne commença pas avant 1943, des années après [la date à laquelle] il déclare y être arrivé.

      • Quant à l’évasion de M. Hirt, M. Reid déclare que des responsables du musée d’État d’Auschwitz-Birkenau lui ont dit qu’il y avait seulement «⁣une évasion enregistrée dans les mois entourant la date de l’évasion supposée de M. Hirt, et cette personne n’était pas M. Hirt.⁣» Ce fut également confirmé à PennLive.

      • Il y a également la photo que montre fréquemment M. Hirt lorsqu’il prend la parole, qu’il déclare avoir été prise par un garde d’Auschwitz et le le montrant décharné et sur une civière peu avant son évasion en 1942. Cependant cette photographie, selon M. Reid, fut prise en fait par un soldat états-unien libérant [sic: participant à la libération] un autre camp dans un autre pays en 1945 [NdT: sur les photographies prises en 1945 dans les camps du Ⅲe Reich, voir cet article].

      Selon M. Reid cette photographie, qu’on peut voir ici, fut prise par Mickey Martins, membre de la 42e division d’infanterie «⁣Arc-en-ciel⁣» de l’armée des États-Unis qui libéra le camp de concentration allemand de Dachau en 1945.

      L’épouse de M. Hirt a refusé de réagir à ces allégations quand PennLive l’a contactée mercredi, déclarant que M. Hirt avait été récemment hospitalisé.

      M. Reid a également refusé de réagir, renvoyant au lieu de cela un journaliste à une méticuleuse chronique de ses recherches qu’il a fait parvenir aux organes de presse aplus tôt dans la semaine.

      Cette correspondance comprend des critiques citant de membres de la propre famille de M. Hirt qui rejettent comme fausses ses déclarations sur Auschwitz.

      On cite M. Michael Hirt, neveu de M. Joseph Hirt, qui aurait déclaré que «⁣ces histoires (…) sont de pures forgeries concernant l’affaire d’Auschwitz⁣».

      «⁣Quand je lui ai fait face, il a essentiellement déclaré que ces histoires étaient sorties de leur contexte, ou que les auteurs forgeaient des histoires. Bien sûr je n’y crois pas (…) Peut-être a-t-il trop grand honte pour s’arrêter, bien qu’en fait les dégâts bien sûr soient déjà faits.⁣»

      Quand PennLive l’a contacté, M. Michael Hirt a confirmé avoir déclaré cela. Il a également dit que son oncle avait été rejeté par sa proche famille à cause de ses déclarations, et était devenu un étranger pour certains membres de la famille même avant qu’il eût commencé à les faire.

      (…/…)

      J'aime

    • «⁣L’affabulation en était à son pinacle⁣», a déclaré M. Michael Hirt, ajoutant qu’il n’avait vu son oncle que deux fois en 25 ans et ne lui connaît aucun antécédent de maladie mentale ni de trouble mental qui expliquerait de manière convaincante ses récits sur Auschwitz.

      M. Michael Hirt a déclaré également que son oncle avait ajouté «⁣plusieurs années à son âge réel⁣», et qu’il est plus proche de 85 ou de 86 ans.

      En enquêtant sur les anciennes déclarations de M. Hirt, M. Reid a affirmé qu’il avait consulté les responsables du Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, ainsi que le centre Simon Wiesenthal de Los Angeles.

      M. Aaron Breitbart, directeur de recherche de ce centre, musée et association caritative se concentrant sur le racisme en Amérique et l’histoire de la Shoah, a déclaré à PennLive que quoiqu’il ne souhaitait «⁣ni confirmer ni infirmer les déclarations de ceux qui disent avoir survécu à Auschwitz,⁣» les informations sur M. Hirt que lui avait présentées M. Reid «⁣m’ont certainement fait tiquer.⁣»

      L’essentiel du travail de «⁣déballage⁣» de M. Reid consiste en une vérification attentive des dates et de la chronologie historique offerte par M. Hirt, que M. Reid dit être faciles à recouper. Quand à [savoir] pourquoi personne ne s’y était essayé avant, M. Reid répond que la réponse est aisée: «⁣Qui soupçonnerait quiconque de tenir de si extraordinaires propos sur un tel sujet?»

      Dr. Joseph Hirt

      LIEN : https://fr.scribd.com/doc/315267065/Dr-Joseph-Hirt

      https://www.scribd.com/embeds/315267065/content?start_page=1&view_mode=scroll&show_recommendations=true

      M. Reid rejette également la déclaration de M. Hirt selon laquelle il aurait rencontré en tête-à-tête le Dr Mengele à Auschwitz avant le mois de mars 1942, déclarant «⁣qu’il est bien établi par des documents que [le Dr] Mengele n’arriva pas à Auschwitz avant mai 1943,⁣» plus d’un an après. Cette information est attribuée à un responsable du musée d’État d’Auschwitz-Birkenau qui l’a confirmée jeudi par un « mail » à PennLive.

      «⁣Je ne veux aucune ambiguïté,⁣» avertit M. Reid, «⁣Je ne suis pas un négationniste de la Shoah. En fait, l’homme qui m’a embauché pour mon premier poste d’enseignement il y a bien longtemps était un survivant du camp de concentration de Bergen-Belsen, et c’est en partie en souvenir de lui et pour la préservation de la vérité de ce que des millions de personnes ont enduré que j’ai pris sur moi d’exposer la tromperie honteuse de M. Hirt. J’ai l’espoir que M. Hirt abjurera volontairement ses déclarations frauduleuses et cessera de se produire en public.⁣»

      D’autres, y compris le neveu de M. Hirt, craignent que le mal ne soit déjà fait.

      «⁣En dépit de son désir de “bien faire”, la révélation de sa tromperie donne du grain à moudre à ceux qui disent que la Shoah fut une supercherie,» déclare M. Reid. «⁣Peut-être don histoire est-elle pour lui une thérapie. Honnêtement je ne sais pas.⁣»

      M. Michael Hirt a déclaré qu’il était dans l’incertitude [des raisons pour lesquelles] son oncle aurait menti la première fois, ajoutant: «⁣Il a une histoire remarquable à raconter sans sans [avoir à] travestir le sujet.⁣»

      (…/…)

      J'aime

    • Cette histoire comprend l’évasion d’Europe de l’aîné des Hirt au cours de la Seconde Guerre mondiale avec sa famille et son arrivée aux États-Unis parmi les 982 réfugiés s’étant vu accorder le statut d’«⁣invités⁣» à l’abri d’urgence pour réfugiés au fort Ontario à Oswego (État de New York) en 1944.

      M. Reid, citant des membres de cette famille, déclare que M. Hirt et ses frères et sœurs sont nés et ont vécu à Horodenka, en Pologne – aujourd’hui en Ukraine – et a fui avec ses parents de la Pologne à Belgrade, en Yougoslavie, en 1939, juste avant que les nazis [sic] l’envahissassent [en avril 1941, NdT].

      En 1941 ils ont fui de Belgrade à Fiume, en Yougoslavie, tandis que la guerre s’étendait, traversant plus tard la mer Adriatique et s’installant dans les environs de Rapino, en Italie.

      Tandis qu’ils étaient en Italie ils restèrent cachés l’essentiel du temps dans les montagnes voisines, et la famille demeurait intacte quand les armées alliées libérèrent la partie sud de l’Italie en 1944, les secourant. M. Michael Hirt a confirmé ce récit. Il a également déclaré qu’il y avait de nombreux parents lointains qui avaient péri dans les camps dirigés par les nazis [sic pour nationaux-socialistes, NdT].

      «⁣Le fait qu’il [M. Joseph Hirt] est l’une des moins de 1⁣000 personnes qui furent reçues aux États-Unis durant cet épisode de l’histoire – desquelles fort peu sont encore en vie – est en soi une étonnante histoire,⁣» ajouta M. Reid.

      Mais M. Reid déclare que les enjolivements historiques ne s’achèvent pas avec l’arrivée de la famille aux États-Unis, et comportent ses déclarations d’amitié avec Eleanor Roosevelt à l’abri de réfugiés d’Oswego (État de New York) et le recours à elle pour rendre sûr le chemin [menant] à sa résidence aux États-Unis. M. Michael Hirt déclare qu’il pourrait avoir été possible que la route de son oncle ait croisé celle de la femme du président, mais [qu’il] «⁣n’a aucune preuve de cela.⁣»

      M. Reid a également dit que M. Hirt avait à tort déclaré avoir assisté aux Jeux olympiques de 1936 et qu’il était assis assez près d’Hitler pour l’entendre dénigrer Jesse Owens, médaillé d’or, ce qu’un nombre croissant d’historiens disent maintenant ne s’être jamais produit.

      M. Michael Hirt dit que maintenant il «⁣croit à moitié⁣» que son oncle y était, expliquant: «⁣Il [M. Joseph Hirt] a une cousine qui vit encore en Amérique du Sud (en Uruguay) à laquelle j’ai rendu visite il y a environ 13 ans, et elle a mentionné avoir assisté aux Jeux olympiques avec mon oncle Joe.⁣»

      Quant aux déclarations qu’il dit être fausses, M. Michael Hirt a soulevé cetre question avec certains des frères ou sœurs de M. Joseph Hirt, et même avec M. Joseph Hirt en personne.

      «⁣Je l’ai appelé il y a plusieurs semaines, je crois, après avoir correspondu avec M. Andrew Reid, et j’ai affronté mon oncle Joe,⁣» déclare M. Michael Hirt. «⁣La réponse qu’il m’a faite fut que “si un journaliste avait raconté ces choses-là dans le journal alors ils m’ont mal cité ou déformé.”⁣»

      Quand on se fait pressant par une photographie du tatouage de détenu qu’il déclare qu’on lui a fait à Auschwitz, M. Michael Hirt dit que son oncle en nie l’existence.

      «⁣Il a dit que s’il y avait une photo de lui avec un tatouage alors elle était falsifiée,» a dit M. Michael Hirt.

      «⁣Il n’ira pas jusqu’à avouer ça,⁣» ajouta son neveu.

      «⁣Il était en plein déni.⁣»

      MISE À JOUR : Cet article a été mis à jour pour qu’y soit incluse la déclaration d’un de ses parents selon laquelle M. Joseph Hirt est âgé en réalité de 85 ou de 86 ans, et non de 90 comme il l’avait précédemment déclaré.

      NdT : fin de l’article.

      J'aime

  2. Essai de traduction de l’article ci-dessus, par un amateur (qui espère quelque indulgence):

    Un Imposteur à la Shoah? Selon un historien, un homme [habitant la] Pennsylvanie a menti sur sa détention et sa fuite [du camp] d’Auschwitz.

    Article de M. Colin Deppen | cdeppen@pennlive.com

    Contactez l’auteur | Le 9 juin 2016 à 11 h 33 min, mis à jour le 9 juin 2016 à 18 h 2 min

    Pendant des années, M. Joseph Hirt a sillonné le pays en racontant sa fuite [du camp] d’Auschwitz, n’étant qu’un « squelette de 27 kilos » furieusement décharné [NdT: 60 livres;une livre anglaise vaut 0,453⁣592⁣37 kg] qui s’était glissé sous la clôture électrique jusqu’à la liberté et plus tard à une nouvelle vie en Amérique.

    Cet habitant d’Adamstown (Pennsylvanie) a parlé dans des écoles et des bibliothèques, dans des conférences et à des journalistes de la presse écrite, maintes et maintes fois.

    Mais au cours d’un exposé à un groupe du nord-ouest de l’État de New York, du scepticisme a émergé des rangs de son audience habituelle d’admirateurs.

    M. Joseph Hirt est né en Pologne et longtemps a déclaré avoir été fait prisonnier par les nazis [NdT: sic pour nationaux-socialistes] en 1941 à Belgrade. Maintenant, ce récit est qualifié de mensonge par un historien et un membre de la propre famille de M Hirt. (Terry Hartzell)

    Maintenant, ce sceptique dit que ses recherches montrent qu’une grande partie de cette déchirante histoire de 90 ans constitue un mensonge.

    Cet homme est M. Andrew Reid, professeur d’histoire du cru, à Turin (État de New York), qui le 15 avril assistait à la conférence de M. Hirt dans [la ville voisine de] Lowville. Il s’enthousiasmait de pouvoir entendre le captivant récit de première main de la vie de M. Hirt, et de sa fuite finale d’un camp de la mort des nazis [NdT: sic pour nationaux-socialistes], a-t-il raconté.

    Mais au lieu de cela M. Reid fut frappé par les discordances de la version des faits de M. Hirt et des preuves qu’il donnait à l’appui de ses dires. Le neveu de M. Hirt a depuis reconnu que l’histoire de celui-ci était mensongère. M. Hirt, pendant ce temps, s’en est tenu à sa version des faits pour commenter quand le Reading Eagle [NdT: «⁣l’Aigle qui lit⁣», manifestement le titre d’une revue] a voulu connaître sa réaction.

    De ses recherches sur M. Hirt, M. Reid a conclu qu’il avait menti en disant avoir été détenu à Auschwitz, s’être échappé de ce camp et sur ses rencontres en tête-à-tête avec les semblables de Josef Mengele, l’«⁣Ange de la mort⁣» nazi [NdT: sic pour national-socialiste].

    Par exemple, M. Reid dit que :

    • M. Hirt déclare avoir été capturé par les nazis [sic…] et envoyé à Auschwitz en 1941. Il a rapporté plusieurs fois qu’il s’était échappé d’Auschwitz en mars 1942 – précisément le 31 mars 1942, ce qu’il se rappelle parce que c’était l’anniversaire de son père.

    • Cependant, le numéro tatoué sur l’avant-bras gauche de M. Hirt est celui d’un Polonais qui est arrivé à Auschwitz en 1944, déclare M. Reid, citant des responsables du musée d’État d’Auschwitz-Birkenau. Ces mêmes responsables ont confirmé cette information à PennLive [NdT: vraisemblablement une chaîne de télévision locale] jeudi.

    • Le site internet du musée mémorial états-unien de la Shoah affirme également que la pratique de faire leur tatouage aux détenus d’Auschwitz à l’intérieur de la partie haute de l’avant-bras gauche, endroit où se trouve celui de M. Hirt, ne commença pas avant 1943, des années après [la date à laquelle] il déclare y être arrivé.

    • Quant à l’évasion de M. Hirt, M. Reid déclare que des responsables du musée d’État d’Auschwitz-Birkenau lui ont dit qu’il y avait seulement «⁣une évasion enregistrée dans les mois entourant la date de l’évasion supposée de M. Hirt, et cette personne n’était pas M. Hirt.⁣» Ce fut également confirmé à PennLive. [NdT: mais 978 détenus furent libérés d’Auschwitz au cours de l’année 1942 selon Walter Laqueur, The Terrible Secret Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1980]

    • Il y a également la photo que montre fréquemment M. Hirt lorsqu’il prend la parole, qu’il déclare avoir été prise par un garde d’Auschwitz et le montrant décharné et sur une civière peu avant son évasion en 1942. Cependant cette photographie, selon M. Reid, fut prise en fait par un soldat états-unien libérant [sic: participant à la libération d’] un autre camp dans un autre pays en 1945 [NdT: sur les photographies prises en 1945 dans les camps du Ⅲe Reich, voir cet article].

    Selon M. Reid cette photographie, qu’on peut voir ici, fut prise par Mickey Martins, membre de la 42e division d’infanterie «⁣Arc-en-ciel⁣» de l’armée des États-Unis qui libéra le camp de concentration allemand de Dachau en 1945.

    L’épouse de M. Hirt a refusé de réagir à ces allégations quand PennLive l’a contactée mercredi, déclarant que M. Hirt avait été récemment hospitalisé.

    M. Reid a également refusé de réagir, renvoyant au lieu de cela un journaliste à une méticuleuse chronique de ses recherches qu’il a fait parvenir aux organes de presse plus tôt dans la semaine.

    Cette correspondance comprend des critiques citant de membres de la propre famille de M. Hirt qui rejettent comme fausses ses déclarations sur Auschwitz.

    On cite M. Michael Hirt, neveu de M. Joseph Hirt, qui aurait déclaré que «⁣ces histoires (…) sont de pures forgeries concernant l’affaire d’Auschwitz⁣».

    «⁣Quand je lui ai fait face, il a essentiellement déclaré que ces histoires étaient sorties de leur contexte, ou que les auteurs forgeaient des histoires. Bien sûr je n’y crois pas (…) Peut-être a-t-il trop grand honte pour s’arrêter, bien qu’en fait les dégâts bien sûr soient déjà faits.⁣»

    Quand PennLive l’a contacté, M. Michael Hirt a confirmé avoir déclaré cela. Il a également dit que son oncle avait été rejeté par sa proche famille à cause de ses déclarations, et était devenu un étranger pour certains membres de la famille même avant qu’il eût commencé à les faire.

    «⁣On en était au pinacle de l’affabulation⁣», a déclaré M. Michael Hirt, ajoutant qu’il n’avait vu son oncle que deux fois en 25 ans et ne lui connaît aucun antécédent de maladie mentale ni de trouble mental qui expliquerait de manière convaincante ses récits sur Auschwitz.

    M. Michael Hirt a déclaré également que son oncle avait ajouté «⁣plusieurs années à son âge réel⁣», et qu’il est plus proche de 85 ou de 86 ans.

    En enquêtant sur les anciennes déclarations de M. Hirt, M. Reid a affirmé qu’il avait consulté les responsables du musée d’État d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, ainsi que le centre Simon Wiesenthal de Los Angeles.

    M. Aaron Breitbart, directeur de recherche de ce centre, musée et association caritative se concentrant sur le racisme en Amérique et l’histoire de la Shoah, a déclaré à PennLive que quoiqu’il ne souhaitait «⁣ni confirmer ni infirmer les déclarations de ceux qui disent avoir survécu à Auschwitz,⁣» les informations sur M. Hirt que lui avait présentées M. Reid «⁣m’ont certainement fait tiquer.⁣»

    L’essentiel du travail de «⁣déballage⁣» de M. Reid consiste en une vérification attentive des dates et de la chronologie historique offerte par M. Hirt, que M. Reid dit être faciles à recouper. Quant à [savoir] pourquoi personne ne s’y était essayé avant, M. Reid répond que la réponse est aisée: «⁣Qui soupçonnerait quiconque de tenir de si extraordinaires propos sur un tel sujet?»

    Dr. Joseph Hirt

    LIEN : https://fr.scribd.com/doc/315267065/Dr-Joseph-Hirt

    https://www.scribd.com/embeds/315267065/content?start_page=1&view_mode=scroll&show_recommendations=true

    M. Reid rejette également la déclaration de M. Hirt selon laquelle il aurait rencontré en tête-à-tête le Dr Mengele à Auschwitz avant le mois de mars 1942, déclarant «⁣qu’il est bien établi par des documents que [le Dr] Mengele n’arriva pas à Auschwitz avant mai 1943,⁣» plus d’un an après. Cette information est attribuée à un responsable du musée d’État d’Auschwitz-Birkenau qui l’a confirmée jeudi par un « mail » à PennLive.

    «⁣Je ne veux aucune ambiguïté,⁣» avertit M. Reid, «⁣Je ne suis pas un négationniste de la Shoah. En fait, l’homme qui m’a embauché pour mon premier poste d’enseignement il y a bien longtemps était un survivant du camp de concentration de Bergen-Belsen, et c’est en partie en souvenir de lui et pour la préservation de la vérité de ce que des millions de personnes ont enduré que j’ai pris sur moi d’exposer la tromperie honteuse de M. Hirt. J’ai l’espoir que M. Hirt abjurera volontairement ses déclarations frauduleuses et cessera de se produire en public.⁣»

    D’autres, y compris le neveu de M. Hirt, craignent que le mal ne soit déjà fait.

    «⁣En dépit de son désir de “bien faire”, la révélation de sa tromperie donne du grain à moudre à ceux qui disent que la Shoah fut une supercherie,» déclare M. Reid. «⁣Peut-être son histoire est-elle pour lui une thérapie. Honnêtement je ne sais pas.⁣»

    M. Michael Hirt a déclaré qu’il était dans l’incertitude [des raisons pour lesquelles] son oncle aurait menti la première fois, ajoutant: «⁣Il a une histoire remarquable à raconter sans [avoir à] travestir le sujet.⁣»

    Cette histoire comprend l’évasion d’Europe de l’aîné des Hirt au cours de la Seconde Guerre mondiale avec sa famille et son arrivée aux États-Unis parmi les 982 réfugiés s’étant vu accorder le statut d’«⁣invité⁣» à l’abri d’urgence pour réfugiés au fort Ontario à Oswego (État de New York) en 1944.

    M. Reid, citant des membres de cette famille, déclare que M. Hirt et ses frères et sœurs sont nés et ont vécu à Horodenka, en Pologne – aujourd’hui en Ukraine – et a fui avec ses parents de la Pologne à Belgrade, en Yougoslavie, en 1939, juste avant que les nazis [sic] l’envahissassent [NdT: la Pologne fut envahie en septembre 1939, et la Yougoslavie le serait en avril 1941].

    En 1941 ils ont fui de Belgrade à Fiume, en Yougoslavie, tandis que la guerre s’étendait, traversant plus tard la mer Adriatique et s’installant dans les environs de Rapino, en Italie.

    Tandis qu’ils étaient en Italie ils restèrent cachés l’essentiel du temps dans les montagnes voisines, et la famille demeurait intacte quand les armées alliées libérèrent la partie sud de l’Italie en 1944, les secourant. M. Michael Hirt a confirmé ce récit. Il a également déclaré qu’il y avait de nombreux parents lointains qui avaient péri dans les camps dirigés par les nazis [sic…].

    «⁣Le fait qu’il [M. Joseph Hirt] est l’une des moins de 1⁣000 personnes qui furent reçues aux États-Unis durant cet épisode de l’histoire – desquelles fort peu sont encore en vie – est en soi une étonnante histoire,⁣» ajouta M. Reid.

    Mais M. Reid déclare que les enjolivements historiques ne s’achèvent pas avec l’arrivée de la famille aux États-Unis, et comportent ses déclarations d’amitié avec Eleanor Roosevelt à l’abri de réfugiés d’Oswego (État de New York) et le recours à elle pour rendre sûr le processus [aboutissant] à sa résidence aux États-Unis. M. Michael Hirt déclare qu’il pourrait avoir été possible que la route de son oncle ait croisé celle de la femme du président, mais [qu’il] «⁣n’a aucune preuve de cela.⁣»

    M. Reid a également dit que M. Hirt avait à tort déclaré avoir assisté aux Jeux olympiques de 1936 et qu’il était assis assez près d’Hitler pour l’entendre dénigrer Jesse Owens, médaillé d’or, ce qu’un nombre croissant d’historiens disent maintenant ne s’être jamais produit.

    M. Michael Hirt dit que maintenant il «⁣croit à moitié⁣» que son oncle y était, expliquant: «⁣Il [M. Joseph Hirt] a une cousine qui vit encore en Amérique du Sud (en Uruguay) à laquelle j’ai rendu visite il y a environ 13 ans, et elle a mentionné avoir assisté aux Jeux olympiques avec mon oncle Joe.⁣»

    Quant aux déclarations qu’il dit être fausses, M. Michael Hirt a soulevé cetre question avec certains des frères ou sœurs de M. Joseph Hirt, et même avec M. Joseph Hirt en personne.

    «⁣Je l’ai appelé il y a plusieurs semaines, je crois, après avoir correspondu avec M. Andrew Reid, et j’ai fait face à mon oncle Joe,⁣» déclare M. Michael Hirt. «⁣La réponse qu’il m’a faite fut que “si un journaliste avait raconté ces choses-là dans le journal alors ils m’ont mal cité ou déformé.”⁣»

    Quand on se fait pressant par une photographie du tatouage de détenu qu’il déclare qu’on lui a fait à Auschwitz, M. Michael Hirt dit que son oncle en nie l’existence.

    «⁣Il a dit que s’il y avait une photo de lui avec un tatouage alors elle était falsifiée,» a dit M. Michael Hirt.

    «⁣Il n’ira pas jusqu’à avouer ça,⁣» ajouta son neveu.

    «⁣Il était en plein déni.⁣»

    MISE À JOUR : Cet article a été mis à jour pour qu’y soit incluse la déclaration d’un de ses parents selon laquelle M. Joseph Hirt est âgé en réalité de 85 ou de 86 ans, et non de 90 comme il l’avait précédemment déclaré.

    [NdT: fin de l’article]

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s