Vincent Reynouard : « Rejet de notre QPC : « les raisons profondes d’une défaite judiciaire »

Dreyfus - J'accuse.png

[…] »Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais point, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de malfaisance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice. Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour ! »
(Extrait de la lettre d’Émile Zola au Président de la République,  L’Aurore –  13 janvier 1898

 

NDLR (Gayssoteries) : Dans cette vidéo, Vincent Reynouard analyse le rejet de sa QPC déposée par maître Wilfried Paris et souligne la fracture de l’opinion publique sur la question de la libre expression des révisionnistes.

Le Conseil Constitutionnel considère la censure de la parole révisionniste justifiée en ce qu’elle possèderait « par elle-même une portée raciste et antisémite »*.

Maître Wilfried Paris (Avocat de Monsieur Reynouard) avait déposé une QPC qui portait (entre autre) sur le princip d’une « rupture d’égalité » des citoyens : il est possible de nier tous les génicides sauf celui qu’on a baptisé la Shoah. Quelle en est la raison? La négation de ce seul génocide est considéré comme porteur d’un message raciste et antisémite. Aussi, voici la façon dont le Conseil explique la raison pour laquelle il écarte le principe de « rupture de l’égalité » :

« 10. Considérant que, d’une part, la négation de faits qualifiés de crime contre l’humanité par une décision d’une juridiction française ou internationale reconnue par la France se différencie de la négation de faits qualifiés de crime contre l’humanité par une juridiction autre ou par la loi ; que, d’autre part, la négation des crimes contre l’humanité commis durant la seconde guerre mondiale, en partie sur le territoire national, a par elle-même une portée raciste et antisémite ; que, par suite, en réprimant pénalement la seule contestation des crimes contre l’humanité commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 du statut du tribunal militaire international de Nuremberg, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale, le législateur a traité différemment des agissements de nature différente ; que cette différence de traitement est en rapport avec l’objet de la loi du 13 juillet 1990 susvisée qui vise à réprimer des actes racistes, antisémites ou xénophobes ; que le grief tiré de l’atteinte au principe d’égalité devant la loi pénale doit être écarté. »

 

Ainsi le Droit Français censure-t-il « la négation de crimes contre l’humanité commis durant la seconde guerre mondiale » parce qu’elle est susceptible d’être comprise comme raciste et antisémite.

La parole révisionniste, de facto, n’est pas considérée comme intrinsèquement raciste et antisémite mais la Justice, considérant qu’elle possède en elle le pouvoir de porter préjudice à différentes minorités, la sanctionne et invite fermement la majorité à participer d’une omerta historique qu’elle juge plus propice (pour qui? pour quoi?).

Nous apparaît alors la chose suivante : Notre Droit Français ménage, tel une courtisane, les susceptibilités.

La Loi anti-révisionniste ne juge pas des faits mais s’engage plutôt dans une démarche de prévention des interprétations malheureuses que la foule pourrait produire à la réception d’une certaine parole.

Le Droit Français se perd en considérations toutes subjectives et verse en toute élasticité dans la « Loi de Complaisance ».

*Nous considérons la juxtaposition des termes « racistes » et « antisémites » comme inepte en ce qu’elle accole imbécilement ensemble deux notions dont l’une est déjà toute contenue dans l’autre (le racisme recouvre toutes les formes de racismes, antisémitisme inclus). Celui qui use de cette formule en toute conscience pense nécessairement que l’antisémitisme mérite un éclairage tout particulier auquel toute autre forme de racisme quelle qu’elle soit n’a pas droit – force est de constater que la LICA, même lorsqu’elle a choisi de lutter contre toutes les formes de racismes en devenant la LICRA, ne s’est pas séparée de son « A » (Antisémitisme), séparant par là-même le racisme à l’encontre des sémites (comprendre ici « Juifs ») de toutes les autres formes de racismes. Ce faisant, elle a choisi de porter une attention toute particulière à l’antisémitisme qu’elle installe sur le devant de la scène pour des raisons que nous lui laissons le soin d’avancer.

 

Plan de la vidéo:

– Une QPC qui n’a pas reçu de réponse
– Un argument sans valeur
– Le Jocker de l’antisémitisme
– Et si les « révisionnistes » disaient vrai?
– La religion de l’ « Holocauste »
– Un dogme accepté par la masse
– Pas de manifestation « Je suis Reynouard »

Publicités

2 réflexions sur “Vincent Reynouard : « Rejet de notre QPC : « les raisons profondes d’une défaite judiciaire »

  1. Sur You Tube, je n’ai pas pu accorder un suffrage favorable à cette vidéo, malgré plusieurs tentatives : chaque fois mon vote fut annulé. C’était déjà arrivé, presque toujours pour des vidéos incorrectes.

    Il me semble que les manifestations « Je suis Charlie » ressortissent au grégarisme et au conformisme plutôt qu’à la multiplication de sursauts individuels. Quelques indices :
    1°) L’ineptie du slogan (si je manifeste, je suis vivant, donc je ne suis pas Charlie… ou alors non parce que je le serais, mais par suivisme) ;
    2°) La parfaite ignorance de la cause défendue par Charlie (l’effondrement des ventes après le succès du numéro spécial le prouve) ;
    3°) L’évidente indifférence des “Charlies” à la liberté d’expression prétendument défendue par eux (c’est ici l’absence de réactions à la répression antirévisionniste qui le prouve).

    De tels mouvements, parce qu’ils sont à mes yeux le fruit du conformisme, ne me semblent à attendre qu’en faveur des causes soutenues par le Système.

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s