LA LOI GAYSSOT DECLAREE CONFORME A LA CONSTITUTION

Sans titre.png

 

Ce 8 Janvier 2016, les sages déclarent la Loi Gayssot Conforme à la Constitution.

Et de nous rappeler que « la négation des crimes contre l’humanité commis durant la seconde guerre mondiale, en partie sur le territoire national, a par elle-même une portée raciste et antisémite » (subjectivisation du droit français).

M. Vincent R. [Délit de contestation de l’existence de certains crimes contre l’humanité]

Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 octobre 2015 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt n° 4632 du 6 octobre 2015), dans les conditions prévues à l’article 61-1 de la Constitution, d’une question prioritaire de constitutionnalité posée par M. Vincent R., relative à la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, enregistrée au secrétariat général du Conseil constitutionnel sous le n° 2015-512 QPC.

La Décision du Conseil : http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2016/2015-512-qpc/decision-n-2015-512-qpc-du-8-janvier-2016.146840.html

 

Ceci illustre parfaitement ce que l’historienne Annie Kriegel dénnnonçait lorsqu’elle écrivait dans un article du Figaro (3 avril 1990 – « Leurre de l’antisémitisme ») :

 « Les effets pervers de cette pratique de l’interdit sont éclatants. En confiant au pouvoir judiciaire la tâche détestable de paraître traquer le délit d’opinion et d’expression, en espérant de la concurrence entre organisations “antiracistes” une obsessionnelle chasse aux sorcières qui présente les mêmes excès que n’importe quelle chasse de cette nature, en s’abritant derrière des institutions juives inquiètes pour légitimer une insupportable police juive de la pensée – par exemple dans un cas navrant récent où on a suspendu un professeur d’université coupable d’avoir laissé s’exprimer un jeune collègue qui exposait des énormités (comme si l’université, depuis vingt ans, n’avait entendu que des propos équilibrés et raisonnables) – Michel Rocard devrait s’interroger en conscience s’il ne se prête pas à une assez répugnante instrumentalisation des concepts de racisme et d’antisémitisme en vue d’objectifs peu avouables ».

 

(Illustration : Reprise de la couverture de l’ouvrage de Anne kling « La france Licratisée » – Editions Mithra)
Publicités

Une réflexion sur “LA LOI GAYSSOT DECLAREE CONFORME A LA CONSTITUTION

  1. Dans sa vidéo sur cette décision, M. Vincent R. explique que, si la répression contre les révisionnistes ne suscite que peu de réactions, ce serait non essentiellement en raison de l’endoctrinement mais par consentement tacite de la foule.

    Je ne le crois pas.

    En U.R.S.S., la foule restait passive face à la répression des dissidents, et des anticommunistes prenaient soin de ne rien dire à leurs enfants contre le régime, craignant d’en faire sinon des asociaux. Le conformisme est un instinct très fort, sans lequel aucune vie de groupe ne serait possible, puisqu’il est certain que, sans valeurs communes, il n’y aurait plus aucun masque à la dureté des rapports, et certain aussi que les réflexions individuelles ne concorderaient jamais. Malgré l’apparente docilité du peuple l’U.R.S.S. s’effondra comme un château de cartes.

    Bien sûr, dans les milieux bourgeois le sens des convenances sociales est plus fort qu’ailleurs, mais je pense que, pour tous, l’accumulation des mensonges (sur la vie de nos ancêtres, sur 1789, sur le XⅨe siècle, sur les progrès sociaux…) est la raison principale de l’indifférence du plus grand nombre ; ainsi, dans mon milieu fort peu aisé, j’ai pu constater qu’ouvrir les yeux sur une vérité ne suffit pas : si on explique, par exemple, que 1789 ne fut pas une révolution populaire mais bien bourgeoise, on parvient à le prouver mais l’interlocuteur répond alors qu’il y a encore ceci, cela, et bien d’autres raisons… Il faut parler fréquemment pour révéler toutes ces supercheries, et ce n’est guère efficace, puisque c’est non une personne, mais la foule qu’il faudrait convaincre.

    Pour en revenir au cas de M. Vincent R., je trouve monstrueuse la différence de traitement qui est faite entre les victimes défendues par la loi Fabius-Gayssot et celles qui ne le sont pas ; tous les arguments pour établir cette distinction me sembleraient devoir conclure à son invalidité.

    Je ne suis pas surpris du tout. Hélas.

    J'aime

Laisser un commentaire (civil et courtois)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s